Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Christian Vanneste
sera exclu de l'UMP
©

La coupe est pleine

Christian Vanneste sera exclu de l'UMP

Le parti tire les conséquences de ses nouveaux propos sur l'homosexualité, que le député a maintenu mercredi.

Les mots de trop. Déjà connu pour ses sorties homophobes, le député UMP du Nord Christian Vanneste sera exclu dans les jours à venir de son parti à la suite de l'interview donnée le 10 février au site Liberté Politique. Il avait déclaré que selon lui, pendant la Seconde guerre mondiale, "en Allemagne, il y a eu une répression des homosexuels et la déportation qui a conduit à peu près à 30.000 déportés. Et il n'y en a pas eu ailleurs (...) Il n'y a pas eu de déportation homosexuelle en France". Selon l'historien Mickael Bertrand, une soixantaine de personnes ont été déportées en France en raison de leur homosexualité, sous le régime de Vichy.

Le bureau politique de l'UMP a décidé, à l'unanimité, d'engager une procédure d'exclusion contre le député, qui se voit par ailleurs retirer l'investiture du parti présidentiel aux élections législatives. Il n'y a "aucun motif d'exclusion puisque je n'ai fait que citer des faits", a réagi le député mercredi, joint par Le Monde"Je n'ai tenu aucun propos condamnable. Je pense que cette histoire est stupide". Jean-François Copé, le secrétaire général de l'UMP, a lui évoqué des propos "intolérables" : 

Dans son interview, Christian Vanneste avait également estimé que le fait qu'une majorité de Français soit favorable au mariage homosexuel en France était le "le fruit d'un bourrage de crânes dû au fait que les homosexuels sont surreprésentés dans le monde médiatique, ce qui leur permet de faire progresser leurs idées avec un art consommé de la déformation systématique des faits". Il avait déjà déclaré que le mariage entre deux personnes du même sexe était "une aberration anthropologique". Christian Vanneste est membre de la Droite populaire et s'est par ailleurs déjà dit favorable à un rapprochement UMP-FN. 

Eva Joly, candidate écologiste à l’élection présidentielle, y voit "un outrage inacceptable face à l'histoire" : "Le député UMP Christian Vanneste désormais coutumier des dérapages homophobes vient de passer un cran supplémentaire dans l'ignoble en niant la réalité de la déportation des homosexuels pendant la 2ème guerre mondiale". D'après Eva Joly, "nier l'existence et la souffrance de ces milliers d'êtres déportés pour leur orientation sexuelle renvoie à la même abjection que leurs bourreaux". Yann Wherling estime lui que "la responsabilité de ce climat délétère est à rechercher dans les propos du Président de la République lui-même, dans son interview du Figaro magazine". Selon le porte-parole de François Bayrou, "sa mise à l’index des homosexuels libère les paroles".

Dans la matinée de mercredi, Serge Klarsfeld, "chasseur de nazis" selon le surnom que lui a conféré sa traque des anciens criminels du régime hitlérien, a estimé, dans une interview à Nouvelles de France, qu'"en France, il n’y a pas eu de déportation d’homosexuels. Un déporté homosexuel a bien témoigné, mais il est parti d’Alsace, territoire qui se trouvait régit par les lois allemandes", précisant que selon lui, "les lois allemandes n’ont pas été étendues à d’autres pays. Il n’a jamais été question de déporter des homosexuels français". Si des homosexuels ont été déportés, c'est "pour d'autres raisons", selon Serge Klarsfeld. 

Ce n'est en tout cas pas la première fois que Christian Vanneste tient des propos très virulents envers les homosexuels. En 2009, il avait déjà estimé que l'homosexualité était "liée au narcissisme et à l'individualisation rutilant de notre société" et que "les couples homosexuels (…) ne sont pas forcément ceux qui boivent le moins et ceux qui consomment le moins de drogues". Sur son blog en 2010, il avait également jugé que "l'opposition outrancière entre pédophilie et homosexualité n'est pas fondée en raison des tendances éphébophiles assez fréquentes dans l'histoire qui ignorent la frontière juridique de l'âge".

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !