Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©Reuters

Manip

Cécile Duflot aurait organisé une "fraude" à l’Urssaf de plus de 50 000 euros

Visée par une information du Canard Enchainé, l'ancienne ministre dément catégoriquement.

L'affaire remonte au printemps dernier, lorsque le groupe écologiste de l'Assemblée nationale disparait, après la défection de 6 députés, partis rejoindre le groupe socialiste. Cela a entrainé le licenciement de 8 collaborateurs, rappelle le Canard enchainé. "Flanquée d'une avocate, l'ex-présidente des écolos tend à chacun un accord transactionnel de huit pages qui leur octroie, assure-t-elle, en sus des indemnités légales, une somme rondelette sur laquelle, ils n'auront pas à payer le moindre impôt." Pour y arriver, les collaborateurs doivent "simuler une fâcherie" avec l'employeur.

Surtout, le document est postdaté d'un mois. "Si un jour l'Urssaf met le nez dessus, uniquement, ce document est inattaquable" aurait lancé Cécile Duflot. Le Canard enchainé précise l'entourloupe : "tout accord transactionnel permet d'échapper aux cotisations sociales sur les indemnités supplémentaires (…) Seule réserve : l'accord doit être signé après l'envoi de la lettre de licenciement (…) Cette fraude innocente a permis à Duflot de gruger 50 000 euros sur un total de 118 500 euros."

Enfin, l'écologiste aurait fait varier ces indemnisations en fonction de la proximité. 2000 euros au lieu de 14 000 euros pour un collaborateur qui avait rejoint François de Rugy. "C'est le prix de la trahison" aurait-elle clamé.

Cécile Duflot s'est défendue sur Public Sénat : "Nous avons vécu un moment difficile avec la dissolution du groupe (...), nous avons fait en sorte qu'ils soient licenciés dans les meilleures conditions pour eux. Et dans le respect de la loi puisque l'intégralité du processus a été supervisée par une avocate et par les services de l'Assemblée, qui ont la délégation pour gérer les aspects financiers".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !