Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Loi Travail

Cazeneuve à Martinez (CGT) : "une manifestation itinérante le 23 juin n'apparaît pas envisageable"

Le ministre de l'Intérieur rappelle à l'ordre ce lundi par courrier le premier Secrétaire de la CGT, insistant sur la tenue d'une manifestation "statique" sur la place de la Nation à Paris le 23 juin prochain.

C'est qui le patron ? Après la demande que la Préfecture de police de Paris a faite ce 20 juin à la CGT pour une manifestation "statique en lieu et place de l'itinéraire déclaré" jeudi prochain, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve insiste par voie de missive auprès de Philippe Martinez, rappelant au passage que la Préfecture agissait sur sa demande.

Dans un courrier adressé à au leader de la CGT, Bernard Cazeneuve souligne d'abord le climat difficile autour des manifestations en France ces derniers mois, et sur le travail accompli par les différentes forces de police pour le maintien de l'ordre lors de ces mouvements sociaux.

Dans cette lettre, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve appuie les propos de la Préfecture de police de Paris : une "manifestation itinérante" contre la loi Travail "n'apparaît pas envisageable", indique-t-il, priant M. Martinez de "prendre en considération" cette proposition, "seule voie responsable de l'expression des revendications" portées par les organisations syndicales selon M. Cazeneuve.

Lors de la dernière manifestation anti-loi Travail à Paris Le 14 juin dernier, des violences en marge des cortèges avaient fait au moins 40 blessées, dont 29 membres des forces de l'ordre, et 73 personnes avaient été interpellées. L'hôpital Necker-enfants malades avait notamment été pris pour cible par des casseurs, ce qui avait choqué l'opinion publique.

 

Lu sur L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !