Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Crédits Photo: ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Jean Castex

Couac

Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"

Les présidents du Parlement et du Sénat avaient ouvertement exprimé leur opposition à toute intervention extérieure dans le processus législatif

Les frondeurs ont gagné, majorité et opposition se sont rebellés contre Jean Castex lorsqu'il a annoncé confier la réécriture de l'article 24 de la loi «sécurité globale» à une commission indépendante.

Dans la nuit, plusieurs députés de la majorité ont échangé des messages acerbes à l'endroit de l'exécutif, accusé de mépriser le processus législatif souligne Le Figaro.

Ce matin, les rebelles ont reçu le soutien des présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat, Richard Ferrand (LREM) et Gérard Larcher (LR), qui sont à leur tour monté au créneau. 

Castex a du battre en retraite assurant qu'il comprenait parfaitement l'émotion des députés. Et il a confirmé dans une lettre qu'a consulté le Figaro, "qu'il n'entrera pas dans le périmètre de cette commission le soin proposer une réécriture d'une disposition législative, mission qui ne saurait relever que du Parlement".

Ouf !

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !