Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS.

L'heure du choix

Cambadélis évoque une primaire à gauche "en décembre ou janvier"

Le premier secrétaire du Parti socialiste estime que François Hollande reste le meilleur candidat de la gauche pour l'élection présidentielle de 2017.

Dans une interview au Journal du Dimanche, Jean-Christophe Cambadélis rappelle qu'il souhaite organiser une primaire à gauche "en décembre ou janvier 2014" et estime que "tout est ouvert" pour François Hollande, qui fait planer le doute sur sa candidature.

"Si cette primaire sans préalable, ni préjugé permet de sélectionner le meilleur candidat de la gauche, c'est une bonne idée, et il faut l'organiser", explique-t-il. Pour lui, "c'est la conclusion du tripartisme. Dans le bipartisme, droite contre gauche, il fallait rassembler au second tour. Aujourd'hui, il faut être au second tour. Il serait donc plus efficace qu'il y ait un candidat unique de la gauche". Cependant, "il faut que tout le monde s'engage à soutenir le vainqueur", souligne-t-il. "Il faut clarifier tout ça. Le Front de gauche a éclaté : Pierre Laurent a l'air partant, Jean-Luc Mélenchon a l'air parti et Clémentine Autain est observatrice. Il y a donc au moins trois positions."

"Je l'ai dit aux initiateurs de l'appel Notre primaire : pour moi, elle doit avoir lieu à l'hiver prochain, en décembre ou en janvier", précise le premier secrétaire, pour qui Hollande est le candidat "le plus crédible par temps de crise". Il l'assure : "Qui peut être le plus efficace, le plus équilibré dans une période de crises multiples? Ils ne sont pas légion à gauche".

S'il était candidat, François Hollande "n'aurait pas obligation de participer à tous les débats : il ne ferait pas le tour de France. Il n'a pas de problème de notoriété ! On peut aménager les choses pour que chacun puisse se présenter".

Lu dans le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !