Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Calais : Bernard Cazeneuve promet des places d’hébergements et des policiers pour les migrants
©

Promesses

Calais : Bernard Cazeneuve promet des places d’hébergements et des policiers pour les migrants

Des tentes chauffées vont être mise à disposition de 200 femmes et enfants dès dimanche, a annoncé le ministre de l'Intérieur. Des maraudes sociales seront également organisées avec les associations sur place.

Le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve est venu dans le Pas-de-Calais, mercredi 21 octobre, pour rencontrer les associations, les élus, la procureuse, et donner un coup d’accélérateur à la politique qu’il a mise en place. C'est sa septième visite en dix-huit mois. 

Lors d’une conférence de presse, il a annoncé deux volets de directives qui doivent à la fois "humaniser" l’accueil des migrants qui vivent dans la "jungle" calaisienne dans une extrême précarité, en attente d’un passage pour la Grande-Bretagne ; et renvoyer vers leur pays "ceux qui n’ont pas vocation à s’installer en France", grâce à un renfort des forces de l’ordre.

"A l’approche de l’hiver, l’hébergement est une urgence", indique Bernard Cazeneuve. Un camp aménagé accueillera 1 500 personnes avant la fin de l’année. Les femmes et les enfants seront, quant à eux, mis à l’abri dès la fin de la semaine. Mais l’objectif, rappelle le ministre, reste le départ des migrants de ce lieu non adapté : "Cette lande n’est pas adaptée à leur séjour. A la fin de l’année, l’Etat aura construit près de 2 000 places d’hébergements réservés exclusivement aux migrants de Calais". Des tentes chauffées vont être mise à disposition de 200 femmes et enfants dès dimanche, a annoncé le ministre de l'Intérieur. Des maraudes sociales seront également organisées avec les associations sur place.

Des centres d’accueil et d’orientation verront également le jour dans d’autres régions de France. Et pour les migrants qui refuseraient ces solutions, Bernard Cazeneuve promet la plus grande fermeté : "Les migrants qui refusent cette main tendue, qui poursuivent cette tentative vaine et dangereuse pour rejoindre le Royaume-Uni s’exposent à une reconduite à la frontière ou à des sanctions pénales. L’Etat doit être à l’écoute de leurs besoins, mais il doit aussi se montrer ferme." Et il n'y a plus de temps à perdre : 460 policiers et gendarmes supplémentaires seront envoyés en renfort sur place dès ce jeudi.

Jean-François Corty, de Médecins du monde, lui, préfère rester prudent et prévient : "Il faudra rester vigilant si l’on veut vraiment faire en sorte que toutes les personnes qui sont actuellement exposées à la vie dehors soient vraiment protégées".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !