Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie

Mot d'ordre

Bruno Le Maire : "Il faut réduire les dépenses publiques, c'est une question de souveraineté nationale"

Le ministre de l'Économie était l'invité du journal de 20 heures de TF1 lundi soir.

Sur le plateau du JT de 20 heures de TF1, Bruno Le Maire a de nouveau évoqué la dépense publique ce lundi soir, dès le début de son intervention : " À chaque fois on parle des déficits car depuis 20, 30 ans, la France est droguée aux dépenses publiques. Il faut réduire les dépenses publiques, c'est une question de souveraineté nationale, de liberté pour les Français. Nous ferons des propositions avec le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, pour faire des économies et respecter nos engagements européens", a-t-il tout d'abord assuré. 

"Nous pouvons faire bouger les lignes" au niveau européen, notamment en changeant la directive des travailleurs détachés, a poursuivi le ministre de l'Économie, qui estime que la France doit pour cela "retrouver sa crédibilité" et donc "respecter ses engagements européens".

>>>> À lire aussi : Le gouvernement pourra-t-il assainir les dépenses publiques maintenant que la réduction du nombre de fonctionnaires ne semble plus au programme ?

Quant à l'augmentation de la CSG, financée en partie par les retraites, Bruno le Maire dit avoir "conscience de l'effort demandé aux retraités".

"Ceux qui ont une pension de retraite faible, sous les 1200 euros pour une personne seule et 1800 pour un couple, ne seront pas concernés par l'augmentation de la CSG. Mais je leur demande quel modèle ils veulent pour la société. Je leur dis 'Êtes-vous prêts à faire des efforts pour qu'à la fin du mois tout le monde puisse avoir un complément de revenu'", a-t-il ajouté.

Le ministre a enfin évoqué l'alignement de la taxation du diesel et de l'essence : "Nous le ferons progressivement. Cela doit se faire sur le quinquennat (…) On ne le fait pas pour remplir les poches de l'État mais tout simplement parce que le diesel émet des particules dangereuses pour notre santé et celle de nos enfants. Mais aucune hausse brutale sur le diesel. Une hausse progressive, juste, qui ne prendra personne de court".

Vu sur TF1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !