Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie

Pousse toi de là...

Le Brésil remplace le Royaume-Uni comme 6ème économie mondiale

Le centre de recherche britannique qui l'a constaté prévoit par ailleurs que la Grande Bretagne doublera la France d'ici 2016

Selon le CEBR, un centre de recherche économique britannique, le Brésil a doublé le Royaume-Uni et occupe désormais la place de 6ème économie mondiale avec un PIB 2011 de 2520 milliards de dollars. 

Dans la même étude, les chercheurs anglais soulignent que les pays d'Asie sont sur une courbe ascendante alors que les pays européens tendent à perdre des places dans la compétition mondiale.

Le directeur du CEBR Douglas McWilliams a déclaré à la BBC qu'il "ne s'agit que de l'un des aspects d'un changement économique profond qui voit non seulement un transfert de puissance économique s'opérer de l'Ouest vers l'Est mais aussi la prise de pouvoir de pays qui produisent des marchandises vitales telles que les produits alimentaires ou les matières premières énergétiques".

Un rapport du FMI publié plus tôt dans l'année avait déjà prédit que le Brésil dépasserait le Royaume-Uni. La croissance brésilienne devrait être de 3,5% en 2011 après 7,5% en 2010.

La population brésilienne est de 200 milllions d'habitants, trois fois celle de la Grande-Bretagne.

Selon le CEBR, la Russie devrait elle aussi grimper dans le top des puissances économiques et atteindre la quatrième place d'ici 2020, l'Inde monter à la cinquième, tandis que l'Allemagne devrait chuter de la quatrième à la septième position, le Royaume-Uni de la septième à la huitième et la France de la cinquième à la neuvième. Pour le centre de recherche anglais, la France -actuellement cinquième puissance économique mondiale- serait en effet dépassée par le Royaume-Uni d'ici 2016.

Selon une autre étude réalisée par Goldman Sachs, grâce à sa démographie la France deviendrait plus riche que l'Allemagne dans les trente ans à venir

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !