Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Béziers : l'État va saisir la justice sur le référendum anti-migrants porté par Robert Ménard
©Reuters

Migrants

Béziers : l'État va saisir la justice sur le référendum anti-migrants porté par Robert Ménard

La préfecture de l'Hérault déposera un référé-suspension devant le tribunal administratif de Montpellier.

Portée par Robert Ménard, le maire de Béziers élu avec le soutien du Front national, la délibération portant sur l'organisation d'une consultation populaire sur l'accueil de migrants a été adoptée à l'unanimité des élus de la majorité mardi soir par le conseil municipal. 

Les Bittérois seront donc invités à répondre lors de ce référendum, programmé en janvier, s'ils approuvent l'installation de nouveaux migrants, imposée par l'État, sans consultation du conseil municipal.  Ce référendum intervient en réaction au projet d'extension du centre d'accueil pour les demandeurs d'asile de Béziers. 

La préfecture de l'Hérault est contre 

Avant même la séance de vote le sous-préfet de l'Hérault, Christian Pouget, avait dans un courrier "invité" Robert Ménard à "retirer de l'ordre du jour cette délibération" en rappelant que le conseil municipal "ne peut empiéter sur les compétences de l'État, ce qui est le cas en l'espèce". "Si cette délibération venait à être adoptée, je serais conduit à en demander la censure par le juge administratif par la voie d'un référé-suspension", avait prévenu le sous-préfet. 

Le vote a eu lieu après que des manifestants rassemblés devant la mairie à l'appel de SOS Racisme ou encore de La Ligue des droits de l'homme ont fait irruption dans la salle du conseil municipal et scandé devant les élus "fachos, fachos" ou encore "solidarité avec les réfugiés". 

Ce mercredi, la préfecture de l'Hérault a confirmé son intention de déposer un référé-suspension devant le tribunal administratif de Montpellier. 

"J'irais jusqu'au bout des choses"

Le 13 octobre, le parquet de Béziers avait annoncé l'ouverture d'une enquête à la suite d'une campagne d'affichage menée par la mairie de Béziers et intitulée "L'État nous les impose, ça y est ils arrivent. Les migrants dans notre centre-ville". 

Saisi par la délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme, le parquet a chargé le SRPJ de Montpellier de déterminer si les faits sont "susceptibles d'être constitutifs de l'infraction de provocation à la discrimination ou à la haine raciale".  

"J'irai jusqu'au bout des choses. Je m'expliquerai devant le tribunal administratif personnellement s'il le faut pour demander comment on peut refuser à un maire d'interroger pour leur demander leur avis, ses concitoyens. Cela me paraît, invraisemblable, incompréhensible", a déclaré mardi Robert Ménard. 

Dernièrement, le maire d'Allex, dans la Drôme, avait renoncé à un référendum similaire portant sur l'accueil de migrants venus de Calais dans sa commune suite à la décision du tribunal administratif de Grenoble, saisi par le préfet du département, qui avait invalidé le scrutin.   

 

 

 

Lu sur Boursorama

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Robert Ménard, la "droite Béziers" et la droite tout court : l'interview qui risque de faire grincer les dents au FN comme dans les chaumières des écuries de la primaireHongrie : le référendum antimigrants ne passe pasAlpes-Maritimes : des associations ouvrent illégalement un lieu d'accueil pour les réfugiésAllemagne : les migrants auraient "pris le contrôle" d'une petite ville touristique

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !