Avant, Vincent Peillon disait que la primaire est "un petit cirque"… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Avant, Vincent Peillon disait que la primaire est "un petit cirque"…
©BERTRAND GUAY / AFP

Suspense

Avant, Vincent Peillon disait que la primaire est "un petit cirque"…

Cela ne l'a pas empêché de présenter sa candidature et d'avoir des soutiens.

Vincent Peillon a annoncé sa candidature à la primaire à la gauche au JT de France 2, ce dimanche 11 décembre. "Je veux être le candidat du rassemblement pour gagner", a-t-il déclaré à Laurent Delahousse, en s'auto-proclamant "candidat d'une éthique politique".

Une annonce qui surprend puisque Vincent Peillon s'est retiré de la vie politique nationale et européenne depuis plus d'un an. Outre, comme le rapporte Marianne, il n'y a pas si longtemps, il critiquait l'élection organisée par le Parti socialiste. C'était en octobre dernier, alors que les journaliste de l'hebdomadaire voulaient  l'interroger sur la primaire de la Belle alliance populaire, pour laquelle ses anciens compères du Nouveau parti socialiste (NPS) Arnaud Montebourg et Benoît Hamon s'étaient déjà déclarés. Le député européen avait alors refusé de donner une interview. "Je n’accorde aucune interview, considérant ce petit cirque (j’y ai participé 20 ans) comme absolument dirimant.", a-t-il déclaré. 

Si à l'époque, le député européen n'était pas très enthousiaste à l'idée de participer à la primaire de la gauche, aujourd'hui, il la qualifie de "machine à fabriquer de l'unité".

>>> À lire aussi : Le sens caché de la candidature Peillon

Anne Hidalgo soutient Vincent Peillon 

Vincent Peillon a donc à peine un mois pour rassembler des soutiens. Un défi difficile à relever. Cependant, d'ores et déjà, il peut compter sur le soutien d'Anne Hidalgo. La maire de Paris a expliqué aux journaliste du Monde que "Vincent Peillon est dans la position la plus centrale du PS". Plusieurs parlementaires socialistes ont également indiqué au Monde leur soutien à Vincent Peillon dans le cadre de la primaire à gauche. Il s'agit de Patrick Mennucci, député des Bouches-du-Rhône, Eduardo Rihan Cypel, député de Seine-et-Marne, Patrick Bloche, député de Paris, Jacques-Bernard Magner, sénateur du Puy-de-Dôme, Eric Andrieu, député européen et Sylvie Guillaume, députée européenne. 

 

Lu sur Marianne

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !