Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Filippetti souhaite que Apple et YouTube payent pour la création en France.
©Reuters

Taxons les géants

Aurélie Filippetti souhaite que "Apple ou YouTube contribuent à la création française"

La ministre de la Culture assure par ailleurs qu’il faut "arrêter de se focaliser sur les internautes" dans la lutte contre le piratage.

Aurélie Filippetti s’attaque à Apple et YouTube. La ministre de la Culture et la Communication s’est en effet dite "favorable à ce que des groupes comme Apple ou YouTube contribuent à la création" dans un entretien donné au Parisien/Aujourd’hui en France publié ce dimanche.

La ministre ajoute notamment que "les consommateurs paient 500 à 600 euros pour un iPhone ou un iPad,  enrichissant des grandes entreprises comme Apple qui ne créent que peu d'emplois en Europe".

Cette idée se calque donc sur le modèle de l’accord conclu entre le géant américain Google et les éditeurs de presse français qui a entraîné le financement à hauteur de 60 millions d’euros d’un fonds d’aide à la transition des médias français vers le numérique.

Aurélie Filippetti est également revenue dans cette interview sur la loi Hadopi et le piratage assurant qu’elle ne cherche pas à harceler les internautes. Elle affirme ainsi qu’il est nécessaire d'"arrêter de se focaliser sur les internautes", pour "s'attaquer à la contrefaçon commerciale, lutter contre les groupes qui gagnent de l'argent avec le piratage et développer des catalogues d'œuvres facilement accessibles en téléchargement légal".

Ces propos ressemblent beaucoup à un arrêt de mort pour la loi très controversée Hadopi alors que Pierre Lescure s’apprête à rendre dès le mois de mai prochain son rapport sur la réforme de cette fameuse loi sur le piratage sur le web.

Lu sur La Tribune

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !