Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
L'hebdomadaire Marianne évoque les "ratés dans la coopération entre la Direction générale de la sécurité intérieure et le Renseignement territorial".
L'hebdomadaire Marianne évoque les "ratés dans la coopération entre la Direction générale de la sécurité intérieure et le Renseignement territorial".
©Reuters

Affaiblissement

Attentats de Paris : les failles de l'antiterrorisme français

Dans son numéro à paraître lundi 16 novembre, l'hebdomadaire Marianne pointe certaines failles dans l'organisation des services de renseignement français.

Frédéric Ploquin, journaliste de Marianne, publie cette semaine un article qui révèle les failles de l’organisation de l’antiterrorisme en France.

"En janvier 2015, au lendemain de l’attentat contre Charlie Hebdo, Bernard Cazeneuve s’était montré ferme devant les chefs de la police : 'Vous devez travailler ensemble.' Mais les mauvaises habitudes ont vite repris le dessus. De nombreux spécialistes pointent un même problème : des ratés dans la coopération entre la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et le Renseignement territorial. 'La DGSI ne parle à personne', se plaint ainsi un fonctionnaire qui participe aux réunions de coordination" peut-on lire sur le site de l'hebdomadaire. 

>>>>>>RETROUVER NOTRE DOSSIER COMPLET SUR LES ATTENTATS DE PARIS

"Après la décapitation de Saint-Quentin-Fallavier (Isère) en juin dernier, Bernard Cazeneuve a mis en place un nouvel outil, baptisé Emopt (état-major opérationnel de prévention du terrorisme), qu’il a directement placé sous le contrôle de son cabinet. Cet état-major de 10 personnes a été chargé de coordonner toutes les enquêtes antiterroristes. Mais loin de remplacer les structures de coordination existantes, cette dernière instance s’est superposée aux autres. Résultat : trois mois de flottement et de confusion. 'Comment dix personnes pourraient-elles superviser des milliers d’enquêtes ?', déplorait l’un des acteurs de la filière antiterroriste, interrogé par Marianne une semaine avant ce vendredi noir" écrit également le journaliste. 

A LIRE AUSSI - EN DIRECT - Attaques terroristes de Paris : 5 kamikazes identifiés, 23 personnes interpellées dans le cadre des perquisitions, 34 arrêtés d'expulsion à l'encontre d'étrangers, dont des imams  

"Mais aux yeux des spécialistes, l’erreur originelle en matière de renseignement remonte à l’année 2008, lorsque Nicolas Sarkozy a supprimé d’un trait de plume les Renseignements généraux (RG) pour fusionner leurs effectifs avec ceux de la DST (le contre-espionnage). Une disparition qui a laissé en friche le terrain occupé par les RG, implantés dans l’ensemble du territoire, et notamment dans ces cités sensibles qui allaient nourrir les filières islamistes. La création du Renseignement territorial a depuis partiellement comblé le vide. Mais que de temps perdu !" peut-on lire également dans Marianne.

Lu sur Marianne

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !