Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
La DGSE a publié un communiqué ce vendredi pour démentir l'information de Canal +.

Renseignement

Attentats de Paris : la DGSE dément avoir été prévenue la veille

"La seule information dont nous avons disposé concernant le mouvement de ces terroristes nous est parvenue au lendemain des attentats, de la part d'un service étranger hors Union européenne", a aussi expliqué Bernard Cazeneuve.

Dans un communiqué publié ce vendredi, la DSGE a "formellement démenti l'information selon laquelle elle aurait intercepté le jeudi 12 novembre, la veille des attentats, une communication entre Hasna Aitboulahcen et un correspondant en Syrie indiquant l'imminence des attentats de Paris". La rédaction de l’émission "Le Petit Journal", diffusée jeudi sur Canal +, assurait que la DGSE avait intercepté le 12 novembre une communication téléphonique entre Hasna Aitboulahcen et un interlocuteur en Syrie, à qui elle aurait fait part de son intention de perpétrer une attaque sur le territoire français. 

Interrogé sur cette question jeudi soir dans l’émission "Des paroles et des actes" sur France 2, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait également assuré que la France n'avait pas été prévenue à l'avance de l’imminence d’un attentat.

"La seule information dont nous avons disposé concernant le mouvement de ces terroristes nous est parvenue au lendemain des attentats, de la part d'un service étranger hors Union européenne", a expliqué Bernard Cazeneuve. Après les attentats, "il nous est parvenu une information, et une seule, que ces terroristes étaient passés par la Grèce il y a de cela quelques semaines", a-t-il souligné. Les enquêteurs ont en effet découvert que deux des trois terroristes qui se sont fait exploser près du Stade de France s'étaient mêlés en octobre à la masse de réfugiés syriens venus en Europe.

 
Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !