Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Crédits Photo: Capture

Glaçant

Attaque du Bataclan : le journaliste du Monde qui a filmé la vidéo vue des millions de fois témoigne du cauchemar

"Au début, je me demande ce qu'il se passe, j'essaye de savoir, je vois des gens sortir. Puis, je comprends..."

Sa vidéo a fait le tour de la planète en quelques heures. Depuis son appartement, située dans une ruelle juste derrière le Bataclan, Daniel Psenny, un journaliste du Monde Télévisions a assisté à l’attaque perpétrée dans la salle de concert parisienne, qui a fait 89 victimes, vendredi 13 novembre. Avec son téléphone portable, il a pu filmer la scène. "Au début, je me demande 'qu'est ce qui se passe', j'essaye de savoir, je vois des gens sortir", explique le journaliste.

"Est-ce que c'est une règlement de compte avec un seul tireur ou s'il a un truc beaucoup plus grave?" s'interroge-t-il. "Je comprends, vu le nombre de gens qui sortent, les gens à terre, la panique, le sang....Je vois des images terribles. Je suis pas baroudeur, je ne suis pas reporter de guerre", confie-t-il. "Mais là, on est dans une situation de guerre."

 

Daniel Psenny continue à filmer, par réflexe professionel, déclarera-t-il. Sur la vidéo, quelqu’un hurle alors: 'On nous tire dessus'. Les portes s'ouvrent en grand et une marré humaine tente de fuir. "Au-delà des images, il y a quelque chose au niveau de son de terrible, des cris, des plaintes, des coups de feu" souligne le journaliste.

Lorsqu'il se pense en sécurité, Daniel Psenny est sorti pour porter secours à un homme blessé, un Américain. Ce geste lui vaudra d’être touché au bras par un tir des terroristes. "Je m’aventure pour voir ce qu'il se passe, je vois les corps Je vois un homme face contre terre. On le fait rentrer dans le hall, pour le mettre à l'abri. Il est vivant. Il y a un tir, on ne l'entend pas mais c'est surtout la douleur, le sang qui jaillit."

Lu sur France Tv Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !