Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France

Enquête

Attaque de Levallois-Perret : le profil du suspect

Hamou B., le suspect de l'attaque de Levallois-Perret, n'est toujours pas audible par les policiers.

Le mercredi 9 août, aux alentours de 8h00, un véhicule a foncé sur un groupe de militaires de l'opération Sentinelle à Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine. Six militaires ont été blessés. Dans l'après-midi, le conducteur du véhicule a été arrêté sur l'A16 à Leulinghen-Bernes (Pas-de-Calais). Dans la voiture de cet Algérien, en situation régulière et inconnu des services, les forces de l'ordre ont découvert une carte de séjour. Le papier d'identité répond au nom d'Hamou B., né en 1980. Selon Le Figaro, l'agresseur réside dans le Val-d'Oise et serait chauffeur de VTC. Son emploi serait "stable et déclaré".

"Pas encore audible"

"Il n'apparaissait pas dans le spectre islamiste",  selon une source informée, contacté par Le Figaro. "Ce ne serait pas le premier à passer à l'acte alors qu'il est sous les radars…", ajoute la même source. En 2009, Hamou B. avait été contrôlé car il n'avait pas de document administratif, indique encore le quotidien. L'homme avait alors été fiché pour avoir commis une infraction à la législation sur les étrangers. "Mais il s'agit d'une vieille procédure puisque sa situation a été régularisée depuis lors", explique au Figaro une autre source proche du dossier.

>>> À lire aussi : Attaque de Levallois-Perret : comment les militaires de l’opération Sentinelle sont devenus des cibles

Ce jeudi matin, une source policière expliquait à l'AFP que le suspect, blessé par cinq balles lors de son interpellation, était toujours hospitalisé à Lille. Sa garde à vue avait été levée afin que des soins lui soient prodigués. Il n'était "pas encore audible" par les policiers. Le parquet antiterroriste a ouvert une enquête notamment pour "tentatives d'assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique en lien avec une entreprise terroriste". 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !