Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©Reuters

Interview

Arnaud Montebourg sur TF1 : "Maintenant je vais chercher du travail, comme beaucoup de Français"

Quelques heures après avoir annoncé sa démission, l'ancien ministre de l'Economie était l'invité du 20heures de TF1. Tout en assurant son soutien au gouvernement qu'il quittait, il a appelé à "cesser les politiques d'austérité".

Suite aux critiques acerbes d'Arnaud Montebourg sur la politique de l'exécutif ce weekend, François Hollande a demandé ce lundi 25 août à son Premier ministre de former un nouveau gouvernement. Sans surprise, le ministre de l'Economie a annoncé sa démission dans l'après-midi avant d'expliquer son choix lors d'une conférence de presse à Bercy. Quelques heures plus tard, il était l'invité du journal de 20heures de TF1. Il a souhaité apaiser les tensions : "Je soutiens un gouvernement avec lequel j'ai exprimé des désaccords", a-t-il dit, ajoutant : " Nous nous sommes séparés à l'amiable, nous avons décidé d'y mettre fin en bons termes". "Je n'ai pas eu de contacts avec le chef de l'État aujourd'hui, je pense que cela viendra dans les heures qui viennent", a-t-il poursuivi, déclarant tout de même : "Je reste un homme engagé, je n'avais pas prévu que les choses s'accélèrent de cette manière"."Maintenant je vais chercher du travail, comme beaucoup de Français", a-t-il dit avec humour.

Il a également profité de son intervention pour réitérer ses principes et a appelé à "cesser les politiques d'austérité". "Nous sommes en train de couler" et d'aggraver le chômage, a-t-il ajouté. "Il y a aujourd'hui un consensus pour arrêter les dégâts de ces politiques d'austérité, injustes pour les classes populaires", a-t-il martelé. "Nous avons besoin d'être sérieux sur la baisse de nos déficits, mais plus vous exercez une politique de réduction des déficits, moins vous y parvenez", a également expliqué Arnaud Montebourg, estimant  qu'"il n'y a pas de désaccord sur le fait qu'il faut aider les entreprises".

Dans le même temps, Benoît Hamon, camarade frondeur de Montebourg et ministre de l'Éducation du gouvernement sortant, était invité au JT de France 2. Il y a annoncé qu'il ne ferait pas partie du futur gouvernement Valls. "J'ai cru comprendre qu'il avait fait le choix de ses convictions", a déclaré Arnaud Montebourg, citant également Aurélie Filippetti. La messe est dite.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !