Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©

Tensions républicaines

Après les régionales, François Fillon et Alain Juppé mettent la pression sur Nicolas Sarkozy

"Aujourd'hui, il n'y a pas d'alternance crédible qui soit incarnée par l'opposition" a notamment estimé François Fillon.

François Fillon met la pression sur son ancien patron. Invité de la matinale de la radio RTL ce matin, l'ex-Premier ministre a fustigé le manque "d'alternance crédible". Dimanche soir, il avait déjà déclaré que l'opposition était privée "de la nette victoire qu'appelait l'échec de François Hollande et de sa majorité". Sur RTL, il a enfoncé le clou.  "Aujourd'hui, il n'y a pas d'alternance crédible qui soit incarnée par l'opposition, a-t-il estimé. "Il faut accélérer le travail. Nous devons proposer une véritable alternative politique, qui repose sur un programme précis, sérieux, crédible. Un programme de rupture, de changement radical".

"Le travail de l'opposition, c'est continuer à s'opposer et mettre en commun les projets des uns et des autres", a-t-il poursuivi. "Le fond du sujet, c'est comment se mettre d'accord sur un programme de rupture. Soit, pas un programme qui se contente de coups de menton pour contrer le Front national".

Le député s'est toutefois réjoui "du résultat de Valérie Pecresse" en Ile-de-France. éC'est une très belle victoire personnelle" a-t-il souligné. La candidate des Républicains s'est imposée face au socialiste Claude Bartolone lors du second tour des élections régionales, arrachant une région que la gauche gérait depuis 17 ans.

L'ancien chef du gouvernement sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy pense également que les électeurs ne voudront pas du FN aux élections présidentielles. "En 2017, je pense que les Français ne laisseront pas leur destin aux mains de Marine Le Pen" a indiqué François Fillon.

Un autre candidat à la primaire de droite a également critiqué en creux la situation des Républicains, et donc la politique Nicolas Sarkozy. Peu après les résultats du second tour,  Alain Juppé s'est lancé dans un véritable discours de présidentiable, martelant sa "détermination à changer radicalement de cap". "François Hollande et ses gouvernements ont échoué. Il faut donc que la France ait une autre politique économique, une autre politique fiscale, une autre politique pénale et de sécurité, une autre politique de santé, une autre politique d'immigration, une autre politique d'éducation", a-t-il jugé.

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !