Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
©

Une prochaine fois

Après les doléances de François Hollande, l'Allemagne ne voit "aucune raison" de modifier sa politique économique

Le président de la République avait lancé un appel pour plus de soutien à la croissance en Europe de la part de l'Allemagne.

C'est ce qui s'appelle une fin de non recevoir. Pourtant, François Hollande y avait mis les formes. Mais l'Allemagne n'a visiblement pas apprécié la sortie médiatique du président qui avait lancé un appel pour plus de soutien à la croissance de la part de l'Allemagne. Berlin a répondu ce mercredi. Et Christiane Wirtz, la porte-parole du gouvernement allemand n'a pas mâché ses mots.

"Les déclarations très générales en provenance de Paris ne fournissent aucune raison pour de quelconques corrections dans la politique économique" du gouvernement allemand, a-t-elle dit ajoutant : "l'Allemagne est déjà une locomotive importante, la plus importante même, pour la conjoncture de la zone euro". Les reproches de François Hollande ne feront donc pas bouger l'Allemagne, à qui il est souvent reproché de ne pas en faire assez pour stimuler la croissance chez elle, et par ricochet chez ses partenaires.

La presse allemande a aussi rebondi sur l'appel du président. Dans un éditorial mercredi, le quotidien de centre gauche Süddeutsche Zeitung a estimé que le président français attendait à tort "le salut de l'extérieur". "Le danger d'une aide de l'extérieur est qu'elle ne masque que temporairement l'arriéré de réformes à l'intérieur" écrivait le journal. Die Welt souvent critique à l'égard du chef de l'Etat a réagi de façon encore plus dure, voyant dans l'interview au Monde "un document étonnant, car il s'agit finalement de l'aveu du président français que sa politique économique a échoué". "Le seul espoir que Hollande caresse encore, c'est qu'Angela Merkel le sorte de là" explique le journal. L'Allemagne ne fera pas de cadeaux à la France.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !