Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
©

Si seulement...

Amedy Coulibaly : six mois avant la tuerie de l'Hyper Cacher, il avait été contrôlé par la police avec les frères Belhoucine

Le 30 août dernier, les trois hommes ont été contrôlés à Montrouge, à quelques mètres de là où Coulibaly a tué la policière Clarissa Jean-Philippe le 8 janvier, révèle l’Obs ce vendredi 27 février. Le groupe avait pu repartir sans être inquiété.

Avant de devenir le tueur de l’Hyper Cacher, Amedy Coulibaly, complice des frères Kouachi, a été contrôlé deux fois au cours des mois précédant les attentats. Il l’a notamment été l'été dernier à Montrouge (Haut-de-Seine), à quelques mètres de là où il a tué la policière Clarissa Jean-Philippe le 8 janvier, révèle l’Obs ce vendredi 27 février. Selon un rapport d’intervention de police que le site Internet de l’hebdomadaire a pu consulter, l’homme a été contrôlé le 30 août à minuit trente par cinq policiers en patrouille rue Saint-Albin. Il était alors accompagné.

Le 30 août, les policiers repèrent des "individus suspects" qui discutent devant un hôtel. Ils contrôlent alors le groupe, composé Amedy Couilbaly, d’un certain Assade B et des frères Belhoucine, Mohamed et Medhi. Ces derniers sont aujourd’hui soupçonnés d’avoir accompagné Hayat Boumeddiene, l'épouse de Coulibaly jusqu’en Syrie où elle était partie faire le djihad, selon les révélations de ses propres parents. Sur les images de vidéosurveillance de l’aéroport d’Istanbul du 2 janvier, le plus jeune des deux frères, Medhi, apparaît aux côtés de la jeune femme. Désormais, les enquêteurs cherchent également à identifier quel rôle les frères Belhoucine pourraient avoir joué dans la préparation des attentats de janvier.

Quand les policiers contrôlent le groupe ce fameux soir, deux des quatre noms apparaissent dans les fichiers des personnes faisant partie de la "mouvance islamiste radicale". Car Amedy Coulibaly avait déjà été condamné pour avoir participé en 2010 au projet d’évasion de Smaïn Ait Ali Belkacem, un détenu impliqué dans les attentats du RER parisien en 1995. Mohamed Belhoucine, quant à lui, avait été condamné à deux ans de prison dont un ferme en juillet 2014 pour appartenance à une filière djihadiste.

"La conduite à tenir était de procéder à la recherche de renseignement sans attirer l'attention", écrivent donc les policiers dans leurs rapports. Ils contrôlent alors la voiture des quatre hommes et y découvrent de "nombreux livres écrits en langue arabe, des documents écrits dans cette même langue et un livre sur lequel est inscrit "la citadelle des musulmans"", mais rien de plus. Le groupe repart sans être inquiété.

Par ailleurs, rappelle l’Obs, le Canard Enchaîné avait révélé qu’Amedy Coulibaly et Hayat Boumeddiene avaient été contrôlés par la police dans le 19e arrondissement de Paris le 30 décembre dernier, soit une semaine avant les attentats. Il s'agissait d'un simple contrôle de routine et, cette fois encore, Coulibaly était reparti sans problème. 

Lu sur L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !