Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Saint-Martin-Vésubie inondations coût impact bilan tempête Alex
©NICOLAS TUCAT / AFP

Ampleur de la catastrophe

Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances

Les premiers chiffres liés aux dégâts considérables dans les Alpes-Maritimes suite au passage de la tempête Alex ont été communiqués. 14.000 déclarations de sinistres devraient être enregistrées au total, selon la Fédération française de l'assurance.

La tempête Alex a provoqué de terrible dégâts et un lourd bilan humain dans les Alpes-Maritimes. Le chantier pour la reconstruction des routes, des ponts, des réseaux d'eau et d'électricité s'annonce titanesque. 

De fortes pluies et des inondations ont dévasté début octobre plusieurs vallées des Alpes-Maritimes. Le coût des dégâts est estimé à 210 millions d'euros environ, selon les données communiquées par la Fédération française de l'assurance.

"Au total, 14.000 déclarations de sinistres devraient être enregistrées pour un coût des dommages assurés qui devrait atteindre 210 millions d'euros", essentiellement pour des dégâts causés aux habitations et dans une moindre mesure aux biens professionnels et agricoles, selon le communiqué de la fédération.

Ce montant se répartit "entre les dégâts causés aux habitations (72%), aux biens professionnels et agricoles (25%) et aux automobiles (3%). Il ne comprend pas les dommages aux infrastructures publiques qui ne sont pas assurés".

Ces chiffres sont une estimation provisoire. Ils sont susceptibles d'être révisés dans les jours qui viennent quand l'ensemble des zones touchées aura été rendu accessible et que toutes les déclarations de sinistres auront été faites. 

La Fédération française de l'assurance a précisé que les assureurs ont rallongé le délai légal de déclaration des sinistres afin de permettre aux victimes de déclarer leurs dommages et les dégâts subis jusqu'au 15 novembre prochain.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !