Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Hervé Gourdel procès Algérie
©VALERY HACHE / AFP

Terrorisme

Algérie : ouverture du procès dans l'affaire Hervé Gourdel, le guide de montagne français décapité en 2014

14 personnes sont poursuivies dans le cadre de cette affaire. Le guide de haute montagne, Hervé Gourdel, avait été tué en 2014.

Le procès des accusés de l'assassinat de Hervé Gourdel, un guide de haute montagne enlevé et décapité par des jihadistes en Algérie en 2014, s'est ouvert jeudi matin à Alger, six ans après les faits. 
 
Selon des informations de l'AFP et de Sud-Ouest, le principal accusé, Abdelmalek Hamzaoui, un ravisseur présumé, suit l'audience sur un fauteuil roulant. 
 
Au total, 14 personnes sont poursuivies dans cette affaire : huit jihadistes présumés jugés pour son rapt et sa décapitation et six autres personnes pour non-dénonciation de crime.
 
Abdelmalek Hamzaoui est le seul parmi les ravisseurs présumés à comparaître jeudi. Les sept autres seront jugés par contumace. 
 
Capturé après le drame, ce membre présumé du groupe terroriste Jund al-Khilafa ("Les Soldats du Califat", un groupe affilié à l'organisation Etat islamique ayant revendiqué l'assassinat) risque la peine de mort.
 
Comparaissent également jeudi devant le tribunal les cinq accompagnateurs algériens de Hervé Gourdel. Il leur est reproché d'avoir tardé à informer les autorités du rapt du Français.
 
Après un report au début du mois, le procès se déroule donc devant le tribunal de première instance de Dar El Beïda, dans la banlieue d'Alger, en présence de la famille de la victime, notamment de sa compagne. 

L'émotion avait été vive en France suite à l'annonce de la mort et de la décapitation d'Hervé Gourdel. 

Originaire de Nice, Hervé Gourdel, 55 ans, était un pédagogue et formateur de guides de montagne, passionné d'aventure. Il s'était rendu en Algérie à l'invitation de ses hôtes et accompagnateurs, pour explorer un nouveau site d'escalade. La vidéo de sa décapitation diffusée avait provoqué un énorme choc en France et en Algérie.
 
L'armée algérienne, qui avait mobilisé environ 3.000 soldats, avait retrouvé sa dépouille le 15 janvier 2015 à une vingtaine de kilomètres du lieu de son enlèvement.
Sud-Ouest

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !