Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Organigramme

Alain Juppé soutient Nathalie Kosciusko-Morizet : "C'est dommage de se priver des talents de NKM"

Invité de RTL ce mardi, le maire de Bordeaux veut "reconquérir la confiance des Français en répondant à leurs questions, à leurs attentes".

Nathalie Kosciusko-Morizet avait critiqué la stratégie du "ni-ni" dimanche soir sur différents plateaux de télévision. Lundi, elle a été démise de ses fonctions au sein de la direction des Républicains par Nicolas Sarkozy. Ce mardi, elle a reçu le soutien d'Alain Juppé qui s'était déjà exprimé en sa faveur quelques heures auparavant.

Invité de RTL ce mardi, le maire de Bordeaux a estimé qu'il était "dommage de se priver des talents de Nathalie Kosciusko-Morizet". "L'exclusion n'est jamais une bonne réponse. Tout est question de savoir comment on conçoit le parti. Est-ce qu'il peut y avoir des opinions diverses ou est-ce qu'on doit être en colonne par un ?" a encore lancé l'ancien Premier ministre. 

Concernant les résultats des régionales, Alain Juppé a indiqué que "maintenant, il faut réfléchir. Le Front national n'a aucune région mais il a sept millions d'électeurs. Personne n'est en situation de faire cocorico aujourd'hui". Il veut "reconquérir la confiance des Français en répondant à leurs questions, à leurs attentes". 

Enfin, il a évoqué la primaire jugeant qu'il serait impossible de l'organiser en juin. "Un programme n'est pas simplement l'émanation de 150 000 militants. Il faut qu'une grande partie de la droite et du centre puissent s'exprimer. La ligne politique doit être proposée au plus grand nombre d'électeurs lors d'une primaire ouverte, transparente et impartiale. (...) Il est impossible de répondre à ces conditions dès le mois de juin" a-t-il conclu.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !