Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice

Auditions

Affaire Fillon: La France Insoumise et Les Républicains veulent prolonger la commission d'enquête parlementaire

Les groupes des Républicains et de La France Insoumise à l'Assemblée nationale ont réclamé mardi de pouvoir prolonger jusqu'à fin septembre la commission d'enquête parlementaire sur "les obstacles à l'indépendance" de la justice, après les propos de Eliane Houlette sur l'affaire Fillon.

Les groupes de La France Insoumise et des Républicains à l’Assemblée nationale souhaitent prolonger la commission d’enquête parlementaire sur les obstacles à l’indépendance de la justice. C’est dans le cadre de cette commission que l’ancienne cheffe du parquet national financier, Eliane Houlette, s’est exprimée sur l’affaire Fillon en relançant les accusations de "pression". Elle était finalement revenue sur ses déclarations en indiquant que ses propos avaient été "déformés". 

La commission de l’Assemblée nationale a déjà prévu le 2 juillet à 9h30 d'entendre à nouveau la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui a réfuté vendredi "toute pression de quelque nature que ce soit" sur l'ancienne cheffe du PNF, Eliane Houlette. Les ministres de la Justice Nicole Belloubet et de l’Intérieur Christophe Castaner doivent aussi être auditionnés les 1er et 2 juillet prochain.

Au-delà de ces auditions, le président de la commission Ugo Bernalicis (LFI) voudrait prolonger les travaux jusqu'à fin septembre et en a fait la demande auprès de la présidence de l'Assemblée nationale. Il s’est confié  auprès de l'AFP : 

"Il y a un emballement positif : des personnes se signalent auprès de nous. Et avec les éléments nouveaux d'Eliane Houlette, il faudrait" procéder à de nouvelles auditions. "Pourquoi pas Christiane Taubira ou François Hollande, qui était garant de l'indépendance de la justice".

Le chef de file des députés Les Républicains, Damien Abad, est favorable à cette prolongation : 

"On ne juge pas sur le fond. La volonté de notre groupe, c'est de rester sur le droit. Est-ce qu'il y a eu un impact volontaire ou pas sur l'élection présidentielle" de 2017 ?

Le 10 juin, devant la commission d'enquête, Eliane Houlette s'est émue de la "pression" et du "contrôle très étroit" qu'aurait exercé le parquet général durant ses investigations visant François Fillon, dont le jugement en correctionnelle aux côtés notamment de son épouse Pénélope, est attendu le 29 juin. Vendredi, Eliane Houlette a "regretté" que ses propos aient été "déformés ou mal compris" :

"M. Fillon n'a pas été mis en examen à la demande ou sous la pression du pouvoir exécutif». Ces «pressions» étaient d'ordre «purement procédural".

Challenges

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !