Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©DOMINIQUE FAGET / AFP

Présomption d'innoncence

Affaire Fillon : pour Henri Guaino, une mise en examen n'est pas un motif pour renoncer à l'Elysée

Le député des Yvelines estime qu'un retrait contreviendrait au principe de présomption d'innocence.

Après l'avoir évoqué en privé, François Fillon a affirmé vendredi dans une interview au Figaro qu'il ne renoncera pas à la présidentielle, même en cas de mise en examen. "J'avais souhaité que la justice agisse vite dans cette période particulière qu'est la campagne présidentielle. Mais la justice n'a pas pris de décision" explique-t-il. "L'enquête se poursuit et l'horloge tourne. Plus on s'approche de la date de l'élection présidentielle, plus il serait scandaleux de priver la droite et le centre d'un candidat."

Pour l'ancienne plume de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino - lui-même candidat à la présidentielle - cette décision est logique. Invité de Franceinfo ce samedi matin, il a estimé qu'un retrait en cas de procédure "était une idée absurde". "Cela n'a rien à voir avec l'honneur d'un homme. Le principe selon lequel on ne peut pas être candidat si on est mis en examen, c’est s’asseoir sur la présomption d’innocence", a-t-il dit.

Pour autant, Henri Guaino n'est pas tendre avec son rival et il assure que sa candidature est une "folie pour la droite".

"Comment voulez-vous pouvoir défendre un programme qui demande des sacrifices aux Français dans cette situation. Comment savoir comment un candidat va gouverner s'il n'y a aucune cohérence dans son parcours et dans ses idées ?", interroge-t-il. "Son maintien est un mauvais coup porté aux institutions, c'est l'assurance que le rendez-vous des présidentielles soit manquée. Je ne porte aucun jugement sur le fond du dossier mais regardez les dégâts politiques".

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !