Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Nikola Karabatic est autorisé à jouer

Autorisé à jouer

Affaire des paris truqués de handball : Karabatic blanchi par la Fédé

Dans l'affaire des paris truqués, le jury d'appel de la Fédération française de handball a décidé d'annuler la suspension de six matches du joueur d'Aix-en-Provence.

Petite victoire pour l'ancien joueur de Montpellier, Nikola Karabatic. Le jury d'appel de la Fédération française de handball, ou FFHB, a décidé d'annuler sa suspension de six matches ce vendredi. A l'instar du joueur vedette de l'équipe de France, les joueurs Issam Tej et Dragan Gajic ont également profité de la mansuétude de la Fédé. Le jury d'appel a "considéré souverainement qu'un doute subsistait quant à la matérialité des fautes reprochées aux intéressés". Les trois joueurs ont toujours nié avoir parié sur le match opposant Cesson-Sévigné à Montpellier, le 12 mai 2012. "Ainsi, le jury d'appel a décidé de relaxer les trois joueurs", a expliqué la FFHB dans un communiqué.

Pour rappel, l'instance a distingué le cas de sept joueurs héraultais, au moment des faits, impliqué dans une affaire de paris truqués. Ils auraient ainsi parié 88 000 euros contre leur club sur le score à la mi-temps. Nikola Karabatic a toujours nié être impliqué dans cette affaire affirmant que c'est son amie qui a parié sans l'en avertir. Elle aurait utilisé son propre téléphone à son insu, selon le joueur.

Par contre, le jury d'appel a sanctionné les quatre autres joueurs qui ont reconnu les faits, à savoir Mladen Bojinovic, Samuel Honrubia, Luka Karabatic et Primoz Prost. La FFHB a précisé que "le jury d'appel a retenu la notion de première faute prévue par le règlement et décidé que la sanction adaptée consistait à assortir du sursis 2 des 6 dates de suspension".

Lu sur L'Equipe

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !