Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Crédits Photo: Thomas SAMSON / AFP

Nouveau rebondissement

Affaire Adama Traoré : les gendarmes disculpés après l'expertise médicale de synthèse

Selon les médecins, la mort d'Adama Traoré n'a donc pas été provoquée directement par l'interpellation menée par les forces de l'ordre.

Un nouveau rapport médical a été rendu dans le cadre de l'instruction sur le dossier sensible de la mort du jeune Adama Traoré, survenue le 19 juillet 2016 dans la cour de la gendarmerie de Persan, dans le Val d'Oise. 

Une expertise de synthèse, datée du 14 septembre dernier, permet d'être catégorique. La mort d'Adama Traoré n'a pas été provoquée par l'interpellation des gendarmes. Ce rapport médical est signé par quatre médecins : un cardiologue, un pneumologue, un légiste et un anatomopathologiste. 

Le "syndrôme asphyxique", le déficit d'oxygène dans le sang, constaté dans les expertises antérieures comme mécanisme final du décès n'avait pas été expliqué avec certitude. 

Les experts, dans ce nouveau rapport, indiquent que la mort d'Adama Traoré résulte de "l'évolution naturelle d'un état antérieur" et que la "compression thoracique [...] n'a pas eu de rôle dans la survenue du décès". 

Le plaquage ventral utilisée par les trois gendarmes pour interpeller Adama Traoré n'aurait donc pas provoqué sa mort, comme le soutient pourtant sa famille et leur avocat.

Les médecins, dans ce nouveau rapport, indique qu'Adama Traoré ne souffrait d'aucune pathologie cardiaque, bien qu'il disposait d'un coeur un peu plus gros que la moyenne. Les experts précisent que le jeune homme souffrait d'une drépanocytose, une maladie du sang, ainsi que d'une sarcoïdose pulmonaire, une maladie inflammatoire "dont l'importance l'expose particulièrement à un risque d'hypoxémie d'effort".  

Selon les experts, Adama Traoré a donc été "exposé à un effort et à un stress intenses tandis que la température ambiante est particulièrement élevée". Le jeune homme présentait un "état d'hypoxémie manifeste avec détresse respiratioire". Cette situation a contribué à déclencher une "crise dépranocytaire aïgue avec syndrome thoracique, mécanisme ultime conduisant au décès". Les médecins ont conclu que le "décès de monsieur Adama Traoré résulte donc de l'évolution naturelle d'un état antérieur".

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !