Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
©Tolga AKMEN / AFP

Pas désintéressés

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

Les militants britanniques du groupe écologique sont payés par de riches donateurs, indique The Mail on Sunday. Ce n'est pas le cas en France.

Le groupe Extinction Rebellion, qui mène des actions dans plusieurs capitales, dont Londres et Paris, a payé ses militants jusqu'à 400 livres (450 euros) par semaine au Royaume-Uni, révèlent des documents financiers consultés par le journal britannique The Mail en Sunday. En quatre mois, les "défraiement" des militants ont atteint 70.000 livres (80.000 euros) ajoute le journal. 

En conséquence, un député du parti conservateur a demandé qu'une enquête fiscale soit réalisée. Le mouvement pourrait subir un important redressement fiscal s'il s'avère que les sommes versées sous forme de défraiement doivent être requalifiées en salaires. 

Si la plupart des milliers de militants qui ont participé aux actions du mouvement à Londres sont des bénévoles, les organisateurs sont, eux, payés, indique le journal. Parmi les activistes figure la petit-fille d'une baronne, proche de Boris Johnson, qui a demandé à être rémunérée après avoir réduit son activité de relations publiques pour se concentrer sur les manifestations.

Mais attention, le mouvement Extinction Rebellion est multi-facettes. Le site Checknews explique que si "plusieurs millionnaires ont fait d’importants dons au mouvement, qui a perçu au total 2,5 millions de livres depuis le mois de mars", cette accusation "ne peut pas être faite contre le mouvement français, qui a refusé les dons du Climate Emergency Fund et ne se finance que grâce à du crowdfunding local".  

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !