Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
80 km/h : "Je n'y suis pour rien dans cette affaire. C'était une connerie", se défend Macron
©PASCAL PAVANI / AFP

C'est pas moi, c'est lui

80 km/h : "Je n'y suis pour rien dans cette affaire. C'était une connerie", se défend Macron

Selon le Parisien, le président de la République se serait défendu face à Laurent Wauquiez d'être responsable de la limitation à 80 km/h.

Quelques mois après son instauration, la limitation à 80 km/h sur les routes secondaires ne passe toujours pas auprès des Français - et était d'ailleurs une des raisons du coup de gueule initial des Gilets jaunes. Elle ne passe pas non plus auprès du président de la République. Déjà en décembre, Emmanuel Macron devant des élus locaux avait déclaré que la décision de baisser la limite à 80km/h était "une connerie". 

Il l'a répété jeudi dans la Drôme, face au patron des Républicains Laurent Wauquiez, selon un indiscret du Parisien. Alors que Laurent Wauquiez lui faisait remarquer que cette mesure "tourne le dos aux territoires", le Président de la République aurait répondu : "je n’y suis pour rien dans cette affaire. C’est le Premier ministre, et c’était une connerie. D’ailleurs, cette mesure n’était pas dans mon programme".

Cela n'a pas empêché le président, le même jour à Bourg-de-Péage (Drôme), d'affirmer que "c’était courageux de faire ça", tout en expliquant que la mesure décriée pourrait être assouplie.

Le Parisien a révélé le 11 janvier qu’une solution alternative était envisagée : permettre aux préfets de faire du cas par cas et sélectionner les sections sur lesquelles cette limitation pourrait être levée.

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !