Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Social
Crédits Photo: ALAIN JOCARD / AFP

Mercredi "jaune" et "noir" ?

1er Mai : la préfecture de police ordonne aux commerçants de se barricader

Didier Lallement, préfet de Police de Paris, a pris un arrêté de fermeture des établissements installés sur le parcours de la manifestation intersyndicale du 1er mai 2019. Les commerces vont également devoir retirer le mobilier pouvant servir de projectile. Les autorités redoutent que des Gilets jaunes et des black blocs se mobilisent ce mercredi.

Bien avant le mouvement des Gilets jaunes, le 1er mai 2018 avait été marqué par des débordements et des scènes de violences à Paris. Des black blocs avaient réussi à s'immiscer en marge du cortège parisien notamment. 

La journée de mecredi prochain est particulièrement surveillée par les autorités et par le ministère de l'Intérieur. Le traditionnel défilé des syndicats, à l'occasion de la fête du Travail, pourrait être "pollué" par l'arrivée de casseurs en marge de la manifestation. Certains Gilets jaunes, déçus par les annonces du président de la République Emmanuel Macron, ont également l'intention de descendre dans la rue pour exprimer leur mécontentement. 

La préfecture de police a donc ordonné ce lundi 29 avril aux commerçants situés sur le parcours de la manifestation prévue mercredi de se barricader. L'arrêté pris par le préfet de Police de Paris, Didier Lallement, concerne les commerces, les restaurants et les débits de boissons. Ils seront obligés de vider leurs éventuelles terrasses de tout objet "pouvant servir de projectile ou d'arme par destination". Les véhicules seront également interdits de stationner le long du parcours. 

Le cortège, organisé par les syndicats dans le cadre de la fête du Travail, doit partir de 14h30 depuis la gare Montparnasse. L'objectif est de rejoindre la place d'Italie. Selon des précisions de Franceinfo, le parcours se situe non loin du restaurant La Rotonde, là où Emmanuel Macron avait célébré son accession au second tour de l'élection présidentielle, et près de la place de la Contrescarpe, là où Alexandre Benalla était intervenu le 1er mai 2018. 

La manifestation de mercredi pourrait donc réunir de nombreux Gilets jaunes et des black blocs dans les rues de la capitale. La mobilisation des syndicats, à quelques mois des nouvelles réformes d'Emmanuel Macron sur le marché du travail ou les retraites, devrait également être déterminante pour la suite du quinquennat.   

Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !