Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France

Rien ne va plus

"Libération" : adoption de la motion de défiance contre Nicolas Demorand

Près de 90% des salariés du groupe réclament le départ de Nicolas Demorand et Philippe Nicolas.

La situation est grave du côté de Libération. Les salariés du groupe ont très largement contesté (90%) leurs dirigeants après la présentation d'un plan de rigueur censé sauver le journal. Celui-ci prévoit notamment la baisse des salaires alors que Libé a vu ses ventes plonger de près de 30% et devrait perdre plus d'un million d'euros en 2013.

En réponse au plan proposé, la Société civile des personnels et le CE ont appelé à une assemblée générale qui a réuni près de trois-quarts des salariés, qui ont largement voté pour réclamer le départ de Nicolas Demorand et Philippe Nicolas pour "rendre possible la mise en place d'un vrai projet de développement et d'un plan d'économies légal et crédible".

"Quel que soit le résultat du vote, les actionnaires soutiennent le directoire", a affirmé François Moulias, représentant de la société Bruno Ledoux, qui s'exprimait au nom des actionnaires. Des actionnaires qui ont refusé de réinjecter de l'argent dans Libération. La direction cherche désormais un nouvel actionnaire "mais pour que cette augmentation de capital serve à redresser le journal, il faut remettre cette société à l'équilibre", estime Nicolas Demorand. "Il est paradoxal de présenter une motion de défiance à une direction qui cherche à pérenniser l'emploi. Il y a des acquis sociaux qu'aucune entreprise de presse ne pleut plus assumer compte tenu de la crise", a-t-il conclu.

Lu sur le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !