Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
©LUDOVIC MARIN / AFP

Fracture

"Ils ont raison" explique Emmanuel Macron à Orban et Salvini qui considèrent le président français comme un adversaire

En visite au Danemark, le président Emmanuel Macron s'est posé en adversaire des "nationalistes" en réponse aux attaques de Viktor Orban et Matteo Salvini.

Emmanuel Macron est bien décidé à ne pas se laisser faire. Toujours en visite au Danemark, le chef de l'Etat a répondu à Matteo Salvini et à Viktor Orban en déclarant qu'ils ont "raison" de le voir en tant "qu'opposant principal" en Europe sur le dossier de la crise migratoire. "Je ne céderai rien aux nationalistes et à ceux qui prônent ce discours de haine" a expliqué le président pendant une conférence de presse. Il ajoute : "S'ils ont voulu voir en ma personne leur opposant principal, ils ont raison".

Une réflexion qui fait écho aux déclarations qu'a tenu ce mardi Viktor Orban qui a appelé le ministre de l'Intérieur italien "son héros" et désigné Emmanuel Macron comme son adversaire principal. Le Premier ministre hongrois avait ensuite expliqué qu'à sept mois des élections européennes, il y avait dorénavant deux camps en Europe dont "un est dirigé par Macron". Il a ensuite accusé le président Français d'être "à la tête des forces politiques soutenant l'immigration" alors que lui veut "arrêter l'immigration illégale". Face à ces accusations, Emmanuel Macron a répondu que  " Si on considère qu'il y a en France l'ennemi du nationalisme, de la politique de haine, de l'Europe qui doit payer ce qui nous arrange et n'imposerait aucune forme de responsabilité et de solidarité, ils ont raison".

Un conseil européen devrait se tenir le 20 septembre à Salzbourg sur ce dossier de l'immigration.

 

Lu sur Paris Match

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !