Voilà à quel point les Etats-Unis ont dramatiquement échoué à soutenir les salariés de l’industrie face au grand choc de l’irruption de la Chine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L 'impact sur le marché américain de l'irruption de la Chine dans l'économie mondiale a été très important.
L 'impact sur le marché américain de l'irruption de la Chine dans l'économie mondiale a été très important.
©JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Concurrence internationale

Voilà à quel point les Etats-Unis ont dramatiquement échoué à soutenir les salariés de l’industrie face au grand choc de l’irruption de la Chine

C’est ce qu’établissent dans une nouvelle étude les économistes David Autor, David Dorn et Gordon H. Hanson. Si les filets sociaux sont bien meilleurs en France, qu’en est-il néanmoins de ce côté-ci de l’Atlantique ?

David Dorn

David Dorn

David Dorn est un économiste suisse, professeur à l'Université de Zurich. Ses recherches portent sur l'interaction entre la mondialisation et les marchés du travail.

Voir la bio »

Atlantico : Une étude que vous avez réalisée pour le National Bureau of Economic Research montre l'impact sur le marché américain de l'irruption de la Chine dans l'économie mondiale. Entre 1990 et 2007, le commerce avec la Chine a tué environ 1,5 million d'emplois manufacturiers américains, soit environ un quart de tous les emplois manufacturiers perdus pendant cette période. Qu'est-il arrivé à ces employés ? Ont-ils repris le chemin du travail comme on l'a souvent pensé ?

David Dorn : Les modèles économiques prévoient généralement que la croissance du commerce international est associée à une spécialisation industrielle croissante des pays. L'idée est que chaque pays se spécialise dans les secteurs dans lesquels il a un avantage comparatif, tandis qu'il réduit sa production dans les secteurs où d'autres pays ont l'avantage. Lorsque la Chine a introduit des réformes axées sur le marché et a commencé à jouer un rôle majeur dans le commerce international au cours des années 1990 et 2000, les entreprises américaines qui produisaient des biens tels que des vêtements, des chaussures, des meubles, des jouets ou de l'électronique grand public ont rapidement été incapables de faire face à la concurrence chinoise, et de nombreuses usines américaines ont fermé leurs portes. Cependant, alors que les importations américaines en provenance de Chine augmentaient rapidement, les exportations américaines vers la Chine n'ont pas connu de croissance comparable. Par conséquent, la perte substantielle d'emplois dans les industries importatrices n'a pas été compensée par un gain d'emplois comparable dans les industries manufacturières exportatrices. Si certains des travailleurs licenciés des usines américaines ont fini par trouver un autre emploi, cette transition vers de nouveaux emplois a été plus lente et moins complète que ce que de nombreux économistes avaient prévu.

À Lire Aussi

Géopolitique du Covid-19 : les conséquences de l’impact économique de la crise sanitaire à l’échelle planétaire

Vous avez particulièrement étudié la période 2000-2019. Qu'observe-t-on au cours de cette période ? La croissance chinoise laisse-t-elle encore des traces ? Quelles sont les principales évolutions que vous avez constatées au fil des années ?

Les exportations chinoises vers les États-Unis et l'Europe occidentale ont connu la croissance la plus rapide au cours de la décennie 2000-2010. Après cette période, la croissance des exportations chinoises a considérablement ralenti. Toutefois, l'impact de l'augmentation très rapide de la concurrence des importations chinoises au cours de la première décennie du siècle se fait toujours sentir aujourd'hui. Dans les régions et les villes américaines qui étaient spécialisées dans les industries où la Chine était la plus forte, les niveaux d'emploi restent déprimés, même près d'une décennie après la phase la plus intense du "choc chinois".

Qu'est-ce qui a manqué aux responsables politiques américains pour faire face au "choc chinois" ? D'autres pays l'ont-ils mieux géré ?

Les responsables politiques ont longtemps supposé que le commerce international n'était pas une cause majeure de perturbation du marché du travail. Leur point de vue a été façonné par le consensus dominant parmi les économistes qui ont observé que la plupart des études de recherche des années 1990 et 2000 considéraient que le commerce n'était qu'un contributeur mineur à la question de l'inégalité sur le marché du travail. Ce n'est qu'au cours de la dernière décennie - après la fin du "choc de la Chine" - que de nouvelles recherches utilisant des approches méthodologiques innovantes ont révélé que les effets négatifs de ce choc commercial étaient plus graves et plus étendus que prévu. L'expérience des États-Unis n'est pas unique, mais nous savons maintenant que de nombreux pays européens ont également connu des pertes d'emplois substantielles dans le secteur manufacturier en raison de la concurrence croissante des importations en provenance de Chine. Une différence entre les États-Unis et l'Europe occidentale réside toutefois dans le fait que les États-Unis offrent un filet de sécurité sociale considérablement plus faible aux travailleurs qui perdent leur emploi. Il est par exemple prouvé que les travailleurs américains des régions fortement touchées par le "choc chinois" n'ont parfois pas les moyens de se payer une visite chez le médecin, et que les taux de mortalité ont augmenté pour certaines populations plus jeunes. Des évolutions aussi sombres sont beaucoup moins probables dans les pays européens qui fournissent des soins de santé universels à tous leurs résidents.

À Lire Aussi

USA : la politique va-t-elle tuer l'économie?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !