Voici pourquoi Macron a d'ores et déjà perdu les Européennes (quel qu'en soit le résultat) ... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Voici pourquoi Macron a d'ores et déjà perdu les Européennes (quel qu'en soit le résultat) ...
©LUDOVIC MARIN / AFP

Un comptage foireux

Voici pourquoi Macron a d'ores et déjà perdu les Européennes (quel qu'en soit le résultat) ...

Pythagore a inventé les mathématiques. Le président de la République a cru bon de les réinventer.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »
Cela a commencé moderato cantabile. D'abord une Nathalie Loiseau. Puis quelques ministres et ensuite des parlementaires LREM plus ou moins obscurs. Sur leurs cahiers de solfège, ces mots : le Rassemblement national ne doit pas devenir le premier parti de France!"
Une musique dictée par la baguette du chef d'orchestre. Le maestro - Emmanuel Macron - trouva que ses musiciens jouaient mal et sans convictions. Il décida alors de mouiller sa chemise et déclara: "Je mettrai toute mon énergie pour que le Rassemblement national ne soit pas le premier parti de France". 
Il transforma ainsi les élections européennes en référendum anti-Marine Le Pen. La présidente du RN riposta en disant que, s'il en était ainsi ce serait un plébiscite anti-Macron. Le président de la République a donc pris le risque que le boomerang lancé par lui fasse retour sur sa personne. Une posture non seulement grotesque mais également périlleuse pour lui. 
Voyons les résultats possibles du scrutin. Supposons, mais supposons seulement, que la liste macronienne arrive devant celle de Bardella. 22,3% contre 21,80% par exemple...Ou 23% contre 22,70%...Quelle victoire ! 
La compétition européenne n'est pas, que l'on sache, un sprint du 100 mètres où chaque décimale compte. Actuellement le record du monde est de 9;8 secondes. Entendre le président de la République s'écrier :"Je suis Usain Bolt!" serait du plus haut comique. 
Quittons maintenant les mathématiques selon Macron pour revenir à celles, précises, de Pytaghore. Il y a dans la compétition européenne d'autres listes que celles du mouvement macronien et du parti lepéniste. Les Républicains, la France insoumise, le PC, le PS, les souverainistes d'Asselineau et de Dupont-Aignan et j'en oublie...
Toutes sont opposées à Macron. Si la liste de ce dernier fait 22% et des poussières, il restera 77% et des poussières de Français qui auront voté contre lui ! On a connu des victoires plus convaincantes. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !