Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Une femme est vaccinée avec le vaccin Pfizer-BioNTech contre le coronavirus au nouveau centre de vaccination du Parc des Expositions de Bordeaux, le 8 avril 2021.
Une femme est vaccinée avec le vaccin Pfizer-BioNTech contre le coronavirus au nouveau centre de vaccination du Parc des Expositions de Bordeaux, le 8 avril 2021.
© Philippe LOPEZ / AFP

4ème vague

Variant Delta : ce sombre scénario que personne ne veut vraiment regarder en face

Alors que la vaccination se poursuit en France, les contaminations augmentent avec le variant Delta. L'accélération de la campagne de vaccination va-t-elle permettre de stopper la propagation du variant Delta cet été ?

Antoine Flahault

Antoine Flahault

 Antoine Flahault, est médecin, épidémiologiste, professeur de santé publique, directeur de l’Institut de Santé Globale, à la Faculté de Médecine de l’Université de Genève. Il a fondé et dirigé l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (Rennes, France), a été co-directeur du Centre Virchow-Villermé à la Faculté de Médecine de l’Université de Paris, à l’Hôtel-Dieu. Il est membre correspondant de l’Académie Nationale de Médecine. 

 

Voir la bio »

Atlantico : La vaccination avance à grands pas et aujourd’hui nous avons dépassé les 40 % de la population protégée par deux doses. En même temps, cet été le variant Delta a fait son arrivée sur le territoire et selon l’application Tous Anti Covid, il représente 77,2 % des tests criblant les variants étudiés sur les tests. Alors que nous étions en phase descendante, les cas aussi commencent à remonter et la veille (lundi 19 juillet), on comptait plus de 12 000 cas en France. Ces cas se concentrent-ils sur les patients non-vaccinés ? La situation actuelle est-elle le résultat de l’équation : taux de vaccination faible + variant Delta ?  Sommes-nous tous réellement exposés à ce variant ? 

Antoine Flahault : Une importante vague pandémique frappe actuellement toute l’Europe avec force. Elle déferle sur le Royaume-Uni depuis deux mois, sur le Portugal depuis un mois et démarre en France depuis quinze jours. Elle atteint principalement les jeunes non vaccinés et déjà malheureusement quelques personnes de plus de 50 ans dont certains sont hospitalisés comme durant les vagues précédentes. Ce variant Delta est d’une très grande transmissibilité puisqu’il se répand comme une traînée de poudre en plein été alors que nous sommes beaucoup plus souvent à l’extérieur, beaucoup plus longtemps durant la journée et que les écoles et les universités sont désormais toutes fermées. On voit cependant éclore de nouveaux clusters dans les discothèques, les bars, les restaurants, les salles de sport et tous les lieux clos et mal ventilés.

À court et moyen terme même si nous allons avoir de hauts taux de vaccination verrons-nous des taux de contamination en augmentation ? Pourrions-nous stopper la propagation du variant cet été grâce à la vaccination ?  

On sait que chacune des vagues précédentes a infecté environ 5% de la population et qu’il reste encore aujourd’hui plus de 40% de la population française non immunisée dont une proportion de personnes de plus de 50 ans susceptibles d’avoir des complications et d’être hospitalisées. Pour stopper la propagation du virus, il semble nécessaire d’atteindre un très haut niveau d’immunité collective, peut-être plus de 90% de la population. Il est possible cependant qu’avec un taux de plus de 90% atteint chez les plus de 50 ans, on évite au moins la saturation des hôpitaux.

La réaction du Premier Ministre anglais Boris Johnson de réouvrir tous les établissements et de supprimer les dernières restrictions sanitaires en pleine recrudescence du variant Delta n’est-elle pas dangereuse pour ses voisins européens ? 

La politique britannique peut se révéler dangereuse pour sa propre population, tant pour les plus de 50 ans à risque d’hospitalisations pour formes graves et de décès que chez les jeunes à risque de Covid longs et d’invalidité pendant de longs mois. Je ne serai donc pas étonné que Boris Johnson ait à faire marche arrière d’ici quelques semaines si la hauteur et la force de la vague est trop importante dans son pays. Il prend et assume aujourd’hui un pari hautement risqué. Depuis deux mois, le Royaume-Uni est en effet devenu une zone à haut risque pour l’ensemble de l’Europe. La finale de la Coupe des Clubs Champions à Porto en mai puis les championnats de l’Euro (tant à Londres qu’à Saint-Petersbourg) auront contribué à l’ensemencement consenti d’abord du Portugal puis du reste de l’Europe continentale qui coulaient depuis quelques semaines des jours calmes sur le plan de la pandémie, débarrassés du variant Alpha, déjà d’origine britannique. Mais les Européens n’ont pas réussi à tirer les premières leçons de cette pandémie en réalisant à quel point le contrôle sanitaire de leurs frontières était crucial dans la lutte contre ce coronavirus. Il ne faudrait pas qu'ils laissent passer une seule de leurs frontières par des personnes non vaccinées aujourd’hui sauf à être capable de réaliser des quarantaines strictes et efficaces à l’arrivée.

Avons-nous comme choix durant cet été uniquement la vaccination ou d’avoir le Covid-19 au vu des dernières données ? 

À Lire Aussi

Covid-19 : Le gouvernement s’inquiète du variant Delta mais ne fait rien de ce qui pourrait en protéger les Français
Le variant Delta étant hautement contagieux, une nouvelle vague conduirait probablement à infecter plus de 5%, peut-être jusqu’à 10% de la population non vaccinée. Il resterait alors encore en France au moins 30% de personnes non immunisées qui pourraient n’être ni vaccinées, ni infectées par le Covid et donc candidates à une future… cinquième vague. Si en revanche la quasi-totalité de la population française se vaccine, comme elle a su le faire contre la poliomyélite par exemple, on peut espérer alors qu’elle évite d’alimenter les hôpitaux par ces vagues ultérieures et qu’elle se débarrasse du problème dès l’automne.

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Vers une déroute de la stratégie du tout #vaccination du gouvernement ?Covid version Delta : la 4e vague nous menace-t-elle vraiment d’un retour à la submersion des hôpitaux (et à la nécessité d’un confinement) ?

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !