Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Une "taxe Jean Valjean" ! Et où sont les misérables ?
©FRANCOIS GUILLOT / AFP

Pitié pour Victor Hugo

Une "taxe Jean Valjean" ! Et où sont les misérables ?

Cherchons-les ensemble. Vous serez surpris.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Une grande idée anime les députés communistes et leurs collègues insoumis. Une idée révolutionnaire et radicalement chic. Taxer les patrimoines de plus de 10 millions d’euros ! Et ils ont appelé cette taxe la « taxe Jean Valjean ».

Un nom magique qui doit faire vibrer les pauvres. Victor Hugo n’est plus là pour se défendre. Pourquoi ne pas en profiter ? Bien sûr ils n’ont pas lu Les Misérables. C’est long, magnifique et écrit dans un français admirable. Ce n’est donc pas pour eux.

Restons dans Les misérables. Et imaginons Danièle Obono dans le rôle de Fantine. Elle a l’âge requis et saura mordre Javert. Manon Aubry, plus jeune, sera Cosette. Et Jean Valjean lui achètera une merveilleuse poupée.

La « taxe Jean Valjean » servira a priori à renflouer les caisses de l’Etat et à combler un peu le trou abyssal de notre déficit. On pourrait certes envisager de la distribuer directement aux nécessiteux. Mais pour cela il faudrait que Mélenchon et Ruffin se muent en percepteurs. Y ont-ils pensé ?

Cette taxe aura pour effet que les riches qu’elle vise délocaliseront leurs entreprises et se délocaliseront eux-mêmes en fuyant vers les paradis fiscaux. Les pauvres s’en porteront-ils mieux ? C’est sans aucune importance pour nos révolutionnaires. Car l’essentiel est de pouvoir clamer : « faisons payer les riches ! ».

Comme ils n’ont pas lu Les Misérables, ils ne savent pas que le galérien Jean Valjean est un jour devenu riche et maire de Montreuil-sur-mer. Là avec son argent il a aidé les pauvres de sa ville. Mais ça, il ne faut pas le dire à Ruffin et aux siens : ils seraient capables de le taxer.

Maintenant, nous devons lancer un appel aux initiateurs de la taxe. Camarades communistes, camarades insoumis, il ne suffit pas de parler. Seules les barricades feront plier les riches. Combien y a-t-il parmi vous de Gavroche prêts à mourir pour la « taxe Jean Valjean » ? 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !