Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Marion Maréchal convention de la droite LR RN stratégie
©Sameer Al-Doumy / AFP

Alliance impossible ?

Un populisme intelligent est-il la seule voie pour la droite ?

Marion Maréchal a jeté un pavé dans la mare en évoquant une alliance entre le RN et LR, alliance qui demeure largement impossible pour des raisons historiques comme politiques. Mais qui saurait réunir les électorats et transcender leurs différences sans passer par une alliance d’appareils ?

Paul-François Paoli

Paul-François Paoli

Paul-François Paoli est l'auteur de nombreux essais, dont Malaise de l'Occident : vers une révolution conservatrice ? (Pierre-Guillaume de Roux, 2014), Pour en finir avec l'idéologie antiraciste (2012) et Quand la gauche agonise (2016). En 2018, il publie "Confessions d'un enfant du demi-siècle" aux éditions du Cerf et "L'imposture du vivre ensemble: Quelques points de repères" aux éditions de L'Artilleur. 

Voir la bio »Xavier Dupuy

Xavier Dupuy

Xavier Dupuy est politiologue, spécialiste de l'opinion.

Voir la bio »

Atlantico.fr :  Si Marion Maréchal Le Pen a estimé cette semaine sur BFMTV que le Rassemblement National ne pouvait gagner seul une élection nationale, et si elle appelle de ses vœux à une alliance avec la partie la plus conservatrice des Républicains, qu'en est-il de l'électorat?  LR et le RN même (débarrassé de son héritage historique) n'ont pas le même logiciel politique.

Paul-François Paoli : Que Marine le Pen ne puisse gagner seule semble relever de l'évidence à moins qu'un évènement, par exemple une menace de guerre, surgisse qui fasse basculer l'opinion. Par ailleurs ses arguments sécuritaires et régaliens récoltent une forte approbation très au delà de son parti. Je pense qu'elle souffre d'un déficit de crédibilité qui a trait à sa personne. Même quand on lui donne raison sur tel ou tel sujet on doute de sa capacité à diriger ce pays qui de toute façon est devenu ingouvernable. Il ne suffit pas d'avoir raison sur tel ou tel sujet, l'immigration ou l'insécurité, il faut encore avoir la légitimité qui vous permet d'opérer une rupture dans le désordre ambiant sans créér les risques d'une guerre civile. On sait bien que si elle accède au pouvoir les institutions vont se braquer contre tout ce qu'elle entreprendra. Depuis les enseignants aux juges en passant par les grands médias. C'est pourquoi une alliance est nécéssaire car par définition qui dit alliance dit compromis. Une alliance cela rassure. Souvenez vous des débats sur l'Etat RPR ou l'Etat UDR quand les gaullistes étaient tout puissants. Ils étaient constamment  accusés de mettre en cause la démocratie. Cette alliance est t'elle possible avec LR? En l'état actuel des choses surement pas et ce moins pour des raisons sociologiques que psychologiques à mon sens. Les élus de LR sont des notables qui ne peuvent faire le pas d'une alliance avec un parti qui est maudit par les grands médias. Alors qu'en réalité quand vous discutez avec les élécteurs vous vous rendez compte que les inquiétudes liées à l'islam, à l'immigration ou à l'insécurité sont celles d'une majorité de Français.  

Pourquoi une alliance entre LR et RN est-elle impossible ? 

Xavier Dupuy : Les principaux dirigeants et responsables LR dans les départements sont de façon quasi-unanime hostiles aux alliances avec le RN. Beaucoup d’élus LR, si jamais une telle alliance arrivait, quitteraient le parti. Du côté LR, cette alliance est impossible pour ces deux raisons. Au-delà, de ces raisons liées à la structure partisane et aux élus, une alliance est aussi impossible car il y a sur certains sujets des oppositions entre les électorats LR et RN qui font que très probablement, il y aurait une déperdition assez forte. 
D’un côté de l’électorat LR car il est incapable de voter pour candidat RN et vice et versa, une partie de l’électorat RN rejette le LR notamment sa fraction venant de la gauche. 

L’impossibilité vient aussi d’une frange plus âgée de l’électoral LR. Il y a une opposition à tout rapprochement avec le RN (ex FN) vu l’histoire de ce parti par rapport au général De Gaulle. On peut avoir 5 à 10 d’électeurs LR qui se refusent à tout rapprochement pour cette raison. 

Les aspirations communes aux électorats LR et RN ne s'apparentent t-elles pas à une forme de populisme aux formes disruptives que l'on pourrait opposer à un populisme "smart"? Un récent sondage IFOP indique que les français plébiscitent Didier Raoult… au moment où Jean-Marie Bigard se fait conspuer pas des Gilets Jaunes…  

Paul-François Paoli : Je ne vois personne qui puisse faire le lien entre les diverses forces conservatrices pour leur donner une consistance politique crédible.
Nous n'avons pas de tradition conservatrice comme en Angleterre c'est une des causes de notre malheur. La gauche est défaite aussi bien politiquement qu'intellectuellement et ce ne sont pas les pathétiques déclamations d'une Ségolène Royal qui vont la réanimer. Mais en face d'elle la droite est atone. Voyez la polémique sur les déclarations de Sarkozy que Royal a épinglées comme suspectes de racisme. C'est tellement stupide comme procès d'intention que cela devrait offrir un boulevard à la droite. La droite c'est avant tout la liberté de penser et de dire ce que l'on veut.  Si on ne peut plus dire ce qui vous traverse l'esprit c'est très grave! De Gaulle engueula un jours Jacques Foccart qui invitait souvent des hommes politiques africains à l'Elysée en ces termes:  "Fichez moi la paix avec vos négres, j'en ai assez de voir des nègres à l'Elysée!" Cela ne l'empêchait pas d'avoir eu dans son gouvernement des ministres africains. Nous avons besoin d'une personne assez forte et charismatique pour délivrer la France du terrorisme idéologique et moral de gens qui sont devenus très minoritaires dans l'opinion mais restent très puissants dans les institutions. En attendant Marion Maréchal a raison, il faut travailler au niveau des idées et s'emparer du pouvoir culturel. 

Ces deux droites semblent éternellement irréconciliables. Pour autant, y-a-t-il une porosité entre chacun de ces deux électorats et dans les idées proposées ainsi qu'entre les deux formations ?

Xavier Dupuy : On observe depuis plusieurs années, une porosité idéologique sur une partie des thèmes régaliens et notamment sur tout ce qui est sécurité, autorité. Il y a des points de convergence très forts entre les deux électorats mais dans le même temps il y a une opposition assez nette quand on arrive sur les sujets économiques et sociaux entre l’électorat RN et LR. 

Tout ce qui est lié à l’Europe est intéressant aussi à ce propos. Une fraction de l’électorat LR peut se rapprocher du RN et une autre qui est complètement à l’opposé. La porosité que l’on peut observer sur certains thèmes : Oui comme il peut y avoir une porosité entre l’extrême-gauche et la gauche classique. 

Paul-François Paoli : Sur les questions régaliennes il ne me semble pas voir de fossé infranchissable entre Thierry Mariani qui a rejoint le RN et Eric Ciotti qui reste à LR. Sur les questions sociétales quand j'entends Xavier Bellamy fustiger une post modernité inculte, vulgaire et consumériste je ne vois pas en quoi il se distingue au juste du discours néo conservateur de Marion Maréchal. En réalité les barrières sont surtout symboliques.  La France est un pays très conformiste où le quand dira t'on médiatique est parfois plus important que les convictions. Par exemple Marion Maréchal véhicule une image d'extrémiste qu'elle n'est pas. Elle angoisse comme un tabou et fascine comme un totem parce qu'elle a le courage d'afficher ses idées et de les assumer quand tant d'autres ont peur de leur ombre.

La seule solution n’est-elle pas un populisme intelligent ? Qui et quel profil pourrait se présenter pour l’incarner ? 

Xavier Dupuy : Une personnalité pourrait coaliser les électorats LR et RN mais la personnalité en question ne peut pas dans l’esprit des électeurs être l’émanation du RN ou LR. Cette personnalité doit être décalée car si elle était estampillée comme étant d’extrême-droite elle perdrait automatiquement une fraction de l’électorat LR. Si jamais une personnalité émergeait, il faudrait qu’elle puisse rassurer LR sur le plan économique et social et dans le même temps incarner les thèmes où il y a porosité entre les deux électorats : la sécurité et l’identité. 

Quelqu’un comme le général de Villiers, qui a été le premier a s’affirmer comme étant un opposant à Macron, peut avoir cette crédibilité dans l’électorat RN et LR. On ne connait pas ses options sur le plan économique et social, donc pas d’à priori négatif pour LR sur ce point en revanche sa personnalité ne peuvent que rassurer sur l’aspect régalien. C’est ce profil de personnalité qui peut être cette incarnation. L’électorat de droit à d’ailleurs voté pour un autre général dans l’histoire. 

Cette théorie est valable si les autres se dissuadent d’y aller. Si jamais il y a un candidat LR et un candidat RN même si une dynamique devait se créer derrière lui, elle pourrait inquiéter par la présence d’autres candidats. 

En revanche, je ne crois pas à l’arrivée d’une personnalité du monde intellectuel comme Zemmour dans la course à l'élection présidentielle. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !