Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Un Français sur 10 a perdu l’odorat.

Fade

Un Français sur 10 a perdu l’odorat : comment vivre avec un handicap à la gravité méconnue

Une récente étude épidémiologique présente des résultats inquiétants : près d'un Français sur 10 aurait perdu l'odorat. Or la perte d'un de nos sens est souvent vécue comme un deuil pouvant mener à la dépression.

Pierre Bonfils

Pierre Bonfils

Pierre Bonfils est ORL à Paris. Il exerce actuellement au sein de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (APHP), à l'Hôpital Européen Georges Pompidou, dans le 15ème arrondissement de la capitale.

Voir la bio »

Atlantico : Une enquête réalisée par les chercheurs du Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon, montre que 10 % des Français n'ont plus d'odorat. Quelles sont les principales causes de la perte d'odorat ?

Pierre Bonfils: Il existe une soixantaine de causes de perte de l'odorat mais quatre d'entre elles représentent près de 90% des pertes :

  • Une affection par un virus neurotrope lors d'un simple rhume hivernal. Ce virus affecte les cellules nerveuses présentes dans le nez, cela survient dans un cas de rhume sur 400. Il n'y a pas de traitement contre cela. On constate que 60% des patients retrouvent l'odorat. Ce type de virus touche de manière prépondérante les femmes (7 cas sur 10) et souvent entre leur 50ème et leur 65ème année.
  • Un traumatisme crânien : en tombant sur la tête, on risque d'abîmer les nerfs qui font le lien entre le nez et le cerveau. Sur une centaine de patient restant dans le coma plus de 24h, 15 perdent définitivement l'odorat. Et un choc sur la tête, lors d'une chute à vélo par exemple, représente un risque de 5% de perte odorat. Les nerfs concernés ne peuvent être réparés par opération, c'est définitif.
  • Le vieillissement: 75% des personnes de plus de 80 ans ont une perte sévère voire totale de l'odorat. Ce résultat est le même que les patients observés soient en Asie, en Europe ou en Amérique. Les papilles gustatives restant fonctionnelles, c'est ce qui explique que les personnes âgées mangent moins mais aiment souvent le sucré.
  • Une maladie chronique du nez ou des sinus: il peut s'agir de sinusites ou de rhinites chroniques, de polyposes, etc. On estime que 15% des adultes sont touchés par des problèmes de ce type et risquent une perte ou une transformation d'odorat.

Quelles sont les conséquences de la perte ou de la diminution d'odorat ? Tout d'abord physiquement puis psychologiquement ? Y a-t-il des conséquences dans les relations sociales ?

Sur le plan physique, cela a une conséquence importante: la perte du goût. Le goût dépend à plus de 90% de l'odorat. Lorsque l'on goûte un vin par exemple, une partie de l'arôme passe par l'arrière nez et va stimuler l'organe de l'odorat. Ceux qui l'ont perdu sont incapables de différencier une sauce au vin d'une béchamel ! Conséquence: elles n'ont plus envie de manger. Cela provoque une désocialisation, on perd l'envie d'inviter à dîner, d'aller au restaurant, etc. Et nous avons constaté que 50 à 60% des patients sont dans une dépression assez sévère, d'où la nécessité de mettre en place un soutien psychologique.

Sur le plan comportemental, le malade est privé du système d'alerte que représente l'odorat. Dans les 5 ans suivant la perte de l'odorat, 40% des personnes que nous avons étudiées ont eu à subir un accident domestique car n'ayant pas senti une fuite de gaz, un feu en train de se déclarer, un aliment avarié dans le frigidaire (intoxication alimentaire)… Lorsque l'on a perdu l'odorat, il devient obligatoire d'avoir un détecteur de fumée et de passer à l'électrique pour le chauffage du domicile.

Existe-t-il des remèdes, des solutions pour enrayer le problème ? Peut-on réellement retrouver l'odorat ?

Pour les 4 premières causes pré-citées, il n'existe pas de traitement sauf pour les maladies chroniques comme les rhinites, les polyposes, les sinusites… A condition d'avoir dressé un bilan ORL précis. Dans ce cas, les traitements sont divers: par prise d'antibiotiques, de corticoïdes, par une intervention chirurgicale. Cela dépend de la pathologie. Dans certains cas de rhinites aigues, l'organe de l'odorat repousse et le patient retrouve ses capacités olfactives.

Le grand public doit prendre conscience que lorsque l'on est atteint d'un trouble de l'odorat, il faut prendre rendez-vous avec un ORL et essayer de comprendre pourquoi, car certaines causes sont curables.

Quels sont les conseils pour éviter cela, peut-on s'exercer à sentir ? Peut-on se faire dépister tôt ?

Dans le cas d'une perte partielle de l'odorat, il faut effectivement s'entraîner à sentir afin d'entretenir la partie du cerveau dont dépend ce sens, car si l'organe sensoriel est moins sollicité, petit à petit les neurones liés s'atrophient. Je conseille tout simplement à ces patients de sentir un maximum de choses au cours des journées: les fleurs, la cuisine, le fromage…

Le dépistage n'existe pas c'est un ressenti du patient.

Propos receuillis par Adeline Raynal

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !