Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société

Chronique résolument réactionnaire

Un calendrier de l'Avent avec les positions du Kamasutra ! C'est tout beau, tout nouveau, ça vient de sortir et en plus c'est, paraît-il, chrétien...

Cette année on aura un Noël torride. Et la fornication sera à l'honneur.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Quand à la fin du XIXème siècle un catholique allemand inventa le calendrier de l'Avent il plaça dans ses petites fenêtres, des images pieuses. Ensuite, la fête de Noël s'étant un peu laïcisée, les images pieuses laissèrent la place à des chocolats. Cela permettait aux enfants de patienter jusqu'au 24 décembre.

Puis, le progrès a poursuivi son irrésistible et inexorable marche. Il y a désormais des calendriers de l'Avent avec des images pieuses d'un autre genre : les positions du Kamasutra. On doit cette révélation à une chroniqueuse du Monde qui rend un vibrant hommage à cette érotique avancée.

Dans son article, la journaliste fait mine de s'étonner : « Est-ce un sacrilège que de célébrer le pêché de luxure pendant une fête chrétienne ? ». Elle répond à la question qu'elle pose elle-même par un gigantesque éclat de rire : « Les racines chrétiennes de la France ? » Ah ah ah ! C'est vieux et démodé comme le baptême de Clovis. 

À l'appui de sa profession de foi érotique, elle avance un argument de taille (si on peut dire). Le célèbre plug anal de la place Vendôme, qui offrait, selon son géniteur, une ressemblance frappante avec le sapin de Noël. Les lecteurs du Monde étant des gens avertis, la chroniqueuse a jugé superflu de préciser où se met un plug anal. De plus petite taille quand même que celui de la place Vendôme...

N'étant pas très versé dans ces choses-là, je suis allé sur le Portail Catholique. J'y appris que le calendrier de l'Avent peut, selon les années, comporter 24 ou 26 petites fenêtres, une par jour à compter avant la naissance de Jésus Christ. Sur un autre portail, beaucoup moins catholique, j'ai découvert que le Kamasutra se déclinait en 120 positions. Il faudrait donc, pour suivre les conseils de la chroniqueuse du Monde, acheter au moins 5 calendriers de l'Avent. Mais quand on aime, et qu'on a la santé, on ne compte pas...

On aurait tort pourtant de tourner en dérision les observations de la journaliste. Elle a en effet un argument imparable : « Si nous sommes tous ensemble sous le sapin, c'est bien qu'il y a eu fornication à répétition ! Donc, on peut recommencer ». Comment ne pas s'incliner devant cette lumineuse évidence ?

Reste que des hommes pourraient être défaillants ou fatigués. À leur attention, elle précise que le pain d'épices est un puissant aphrodisiaque. Ainsi, quand le père Noël sortira de la cheminée et verra des couples forniquer (un mot que cette journaliste affectionne), il y aura dans sa hotte de nombreux pains d'épices. Et peut-être même se joindra-t-il à cette fête du sexe.

On a gardé le meilleur pour la fin. La chroniqueuse, manifestement très experte, nous livre une étonnante révélation : « Il y a des sex-shops chrétiens ». Ça alors ! Mais qu'y trouve-t-on ? Des godemichés cerclés de chapelets ? Des images de religieuses gentiment dénudées ? J'ai voulu en avoir le cœur net.

N'habitant pas Paris, j'ai demandé à une amie de se rendre place Saint-Sulpice où il y a plusieurs magasins d'objets religieux. « Mais, m'a-t-elle objecté, ils ne vendent que des bondieuseries classiques ». « Certes, lui ai-je dit, mais ils pourront te renseigner ». Elle vient de me téléphoner. Pour m'annoncer que quand elle leur avait demandé où on pouvait trouver des sex-shops chrétiens, on lui a répondu poliment d'aller se faire foutre... Qu'est-ce qu'ils sont coincés ces catholiques !

P.S. : La chroniqueuse du Monde écrit aussi des livres. Elle en a publié un qui porte un titre vengeur : « La Revanche du clitoris ». Ses partenaires masculins n'ont qu'à bien se tenir. Mais tout ira bien pour eux, puisqu'elle les gavera de pains d'épices.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !