Traitement et thérapies post Covid-19 : ce qu’il faut savoir si vous avez été atteint d’une forme sérieuse de la maladie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Des personnes font un test physique et un entraînement dans une clinique spécialisée dans le traitement des patients durement touchés par les formes sévères du Covid-19 en novembre 2020, à Dieulefit, dans le sud-est de la France.
Des personnes font un test physique et un entraînement dans une clinique spécialisée dans le traitement des patients durement touchés par les formes sévères du Covid-19 en novembre 2020, à Dieulefit, dans le sud-est de la France.
©Philippe DESMAZES / AFP

Récupérer sa capacité musculaire

Traitement et thérapies post Covid-19 : ce qu’il faut savoir si vous avez été atteint d’une forme sérieuse de la maladie

Le Sars-CoV-2 entraîne une perte de masse musculaire et de poids chez les patients. Des solutions existent comme la vitamine D, la nutrition ou l'électrostimulation.

Guy-André Pelouze

Guy-André Pelouze

Guy-André Pelouze est chirurgien à Perpignan.

Passionné par les avancées extraordinaires de sa spécialité depuis un demi siècle, il est resté très attentif aux conditions d'exercice et à l'évolution du système qui conditionnent la qualité des soins.

Voir la bio »

Le Sars-CoV-2, un coronavirus initialement détecté en Chine fin 2019 peut provoquer une infection respiratoire. Il s’agit soit simplement d’une atteinte des voies aériennes supérieures, inflammation nasopharyngienne et sinusale, gorge irritée, toux sèche, soit les mêmes signes associés à une pneumopathie virale plus ou moins étendue et asphyxiante. Mais nous savons que ce virus, de part ses caractéristiques, est capable d’infecter de nombreux organes.

LES SYNDROMES DE FATIGUE MUSCULAIRE DANS LA COVID-19

Une des manifesttaions très fréquentes de l’infection Covid-19 est l’extrême fatigue musculaire même dans des formes cliniques jugées non sévères et même en l’absence de toute atteinte pulmonaire (Figure N°1). Cette fatigue musculaire dans certains cas a pour cause une authentique atteinte musculaire, c’est à dire une atteinte des fibres elles-même mais aussi de la microciculation des muscles. Il peut se produire un éclatement des cellules musculaires massivement envahies par le virus. Dans la plupart des cas l’atteinte des fibres meusculaires est fonctionnelle, c’est le virus qui provoque une diminution de la production d’énergie dont les fibres musculaires ont besoin. Il se trouve que ces formes avec atteinte musculaire fonctionnelle sont souvent ignorées et non diagnostiquées. Elles sont le plus souvent celles de patients non hospitalisés. Il faut les différencier des atteintes musculaires dans une Covid sévère. La fatigue musculaire devient multifactorielle: alitement, dénutrition, déshydratation, fièvre prolongée, ventilation mécanique,  inflammation considérable, effets des médicaments notamment la cortisone. Ce n’est pas cette atteinte musculaire plutôt mieux connue que nous voulons évoquer.

Figure N°1: Les muscles squelettiques sont des cibles du Sars-CoV-2. Ils possèdent des récepteurs ACE2 qui permettent après fusion avec la protéine S du virus l'entrée de celui ci dans la fibre musculaire.

OBSERVATION D'ATTEINTE MUSCULAIRE CHEZ LES PATIENTS COVID-19 NON HOSPITALISES

La perte de poids et la perte musculaire de la Covid-19

Les formes symptomatiques de la Covid-19 s’accompagnent fréquemment d’une perte de poids significative et parfois majeure :

  • Perte de poids observée ≥ 5% pendant la COVID-19 ou au cours du dernier mois, de 29% à 52% .
  • Perte de poids observée ≥ 10% au cours des 6 derniers mois, 10 %.
  • Il a été démontré que la perte de poids chez les patients atteints de la COVID-19 est corrélée positivement avec des taux de CRP (marqueur de l'inflammation) plus élevés, une fonction rénale réduite et une durée plus longue de la maladie.

La perte de masse musculaire entraînant une sarcopénie, avec des difficultés respiratoires est très souvent évoquée mais on manque de données extensives dans les séries publiées.

Mesurer la perte de masse musculaire

C’est possible avec une balance du commerce possédant l’analyse d'impédance bioélectrique. 

La masse musculaire est calculée à partir de la résistance et de calculs algorythmiques du fabricant.

On définit l’indice de muscle squelettique appendiculaire (celui des membres) en kilogramme par mètre carré de surface corporelle. Une mesure avant l’infection permet de faire un diagnostic précis car ces mesures sont d’abord comparatives.

La perte de masse musculaire et la dysfonction énergétique des muscles squelettiques

La dysfonction mitochondriale est le phénomène le plus fréquent. Il s’agit d’une atteinte connue dans de nombreuses maladies virales. Elle se manifeste par un épuisement précoce pour un effort minime. Sans entrer dans les détails le virus (Figure N°2) entraine de nombreux dysfonctionnements de la mitochondrie organelle de la production d’énergie au sein des cellules. Il a été démontré que le génome de l'ARN du SRAS-CoV-2 se localise dans la matrice mitochondriale par un mécanisme inconnu. La protéine virale ORF-9b interagit au niveau de la membrane mitochondriale externe et peut affecter l'activation de la réponse à l'interféron. L'ORF-7a viral promeut l'apoptose de la mitochondrie.

Figure N°2: Différentes attaques mitochondriales dues au Sars-CoV-2.

QUELS TRAITEMENTS ?

Réentraînement musculaire

C’est la base et fort heureusement le muscle est très adaptatif. La reprise dès que possible d’une activité physique est essentielle. Au quotidien cela passe par une autoévaluation par exemple la montée des escaliers.Est-elle possible? De combien d’étages?

Electrostimulation

Sa place est assez mal définie cependant elle est utilisée précocément notamment pendant la phase d’alitement.

Figure N°3: dans une étude originale l’électrostimulation couplée à la contention élastique de prévention thrombo-embolique a permis de diminuer la perte de masse musculaire.

Nutrition

L’hydratation est un conseil non spécifique mais essentiel. Il existe souvent un état de déshydratation après des jours de fièvre et parfois une atteinte rénale fonctionnelle. L’alcool: au lieu d'augmenter la testostérone, ce qui aiderait à développer les muscles, l'alcool augmente le cortisol et contribue à la perte de masse musculaire. L’apport protidique est essentiel. C’est d’abord avec des aliments que cet apport peut être amélioré. Oeufs, chair des poissons et des muscles animaux, champignons et protéines des légumineuses faciles à digérer comme les petits pois doivent être intégrés dès que possible. Il faut noter qu’il existe souvent dans la Covid-19 une perte d’appétit, notamment au début et ensuite des troubles comme l’anosmie ou l’agueusie qui interfèrent avec la prise alimentaire.

Créatinine, protéine de petit lait

Il n’y a aucune étude clinique qui permette de conseiller un supplément dans ce contexte. En revanche, une fois la perte de masse musculaire évaluée ainsi que le degré de sarcopénie, l’âge, il sera utile de consulter pour se servir de ces suppléments si nécessaire.

Vitamine D

Plusieurs essais randomisés ont mis en évidence l’effet d’un statut optimal en vitamine D et la masse musculaire ou la récupération après un exercice musculaire. Dans ce domaine les preuves sont beaucoup plus probantes que dans la prévention de la Covid-19 elle -même. Si le taux de vitamine D dans le sang est bas, la supplémentation est d’autant plus efficace. À une condition: que la dose prescrite soit adaptée.

Synergie des nutriments

Un essai randomisé de bonne qualité a mis en évidence, chez des hommes âgés,  l’effet positif sur la masse musculaire d’une association comprenant de la protéine de petit lait, de la caséine, de la créatine, de la vitamine D et de l’huile de poisson gras. Il est facilement reproductible avec une alimentation courante (Figure N°4). Il est alors important de vérifier la quantité de protéines ingérée par jour. Les résultats sont consultables dans l’article.

Figure N°4: l’essai de Muscle 5 contre placebo.

Testosterone et DHEA

Compte tenu de l’importance de la testostérone dans le développement musculaire, en fonction des circonstances un dosage pourra être effectué mais il s’agit là d’avis spécialisés.

COMMENT RECUPERER SA CAPACITE MUSCULAIRE ANTERIEURE ?

La Covid-19 est un défi pour l’athlète de haut niveau comme pour le sédentaire ou la personne âgée. Il faut tout faire pour récupérer une masse musculaire normale après l’infection. C’est un enjeu d’autonomie et de qualité de vie.

  1. Le premier conseil qui peut être donné aux patients atteints par la Covid-19 est de ne pas attendre pour consulter s' ils éprouvent une fatigue musculaire. Ne pas rester isolé, sans soins en espérant que cela va revenir tout seul… Ce n’est pas une grippe.
  2. La question des traitements médicamenteux est très incertaine. Il existe peu d’études cliniques sur cette question du post covid. Dans ce contexte, la rééducation par une approche physiothérapique est la base après un bilan cardiaque. Elle a un excellent rapport bénéfice/risque.
  3. Type d’exercice: commencer par la marche (en général il est impossible de faire plus les premiers jours) puis la marche rapide et reprise des activités sur tapis roulant ou vélo d'appartement. Combiner dès que possible un programme de gymnastique et d’exercices en séries avec des poids en répétition pour relancer la croissance musculaire.
  4. Intérêt d’un réentraînement supervisé médicalement pour gagner en confiance et monter par paliers. Le but est en fait de ne pas s’épuiser et de prendre en considération le fait que la récupération de la masse musculaire est lente.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !