Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
©

Défouloir

Têtes à claques ou icônes : mais qu’est-ce qui différencie les stars vouées à l’adoration des foules et celles qu’on déteste ?

Gwyneth Paltrow a été élue en avril la personnalité la plus agaçante par le magazine américain Star. Pourquoi aimons-nous détester certaines stars ?

Talia Soghomonian

Talia Soghomonian

Talia Soghomonian est une journaliste américaine basée à Paris, ex-Metro et New-York Times, aujourd'hui freelance. Elle écrit sur le cinéma, la mode et la musique, et a été publiée dans Rolling Stone, InStyle, Marie Claire.

Voir la bio »

"Pfff, encore elle ! " Ça c’est la réaction typique depuis des mois lorsqu’on évoque Gwyneth Paltrow. L’actrice américaine a été élue en avril la personnalité la plus agaçante par le magazine américain Star. Bref, une tête à claques qui va avoir du mal a rebondir niveau amabilité.  

Il faut dire qu’on a pas mal avalé du Gwyneth cette année. Elle est partout, a un avis sur tout et, en plus de jouer le grand amour de Robert Downey Jr. dans Iron Man, elle porte des mini robes pour montrer ses kilomètres de jambes qu’elle entretient grâce à sa vie saine. D’ailleurs, elle livre ses secrets sur son site GOOP et dans son nouveau livre de recettes (oui, elle cuisine et bio en plus). Pour couronner le tout, elle est mariée au rockeur Chris Martin, le chanteur de Coldplay, et ils ont deux adorables bambins. Sa vie est donc parfaite et elle est donc une proie facile, n’est-ce pas ?

Mais ce n’est pas tant cela qui énerve, c’est plutôt son arrogance. Plus elle essaye de faire croire qu’elle est comme tout le monde, plus elle se contredit. Ses citations ont fait le tour du web et des médias, et ça n’a rien à voir avec le désormais culte "Non mais, allô quoi" de Nabila. Jugez par vous-même : "Je suis qui je suis ; je ne peux prétendre être quelqu’un qui ne gagne que 25 000 dollars par an.” Ou encore ceci : "Je fais un p… de bon boulot. Les gens bons et intéressants le savent et c’est tout ce qui m’importe."

Son attitude rappelle un peu celle de Madonna, une autre expatriée américaine installée à Londres et qui depuis se prend pour Madame Wallis Simpson. Gwyneth se prendrait-elle pour la reine ?

Oui, selon ses détracteurs. Gwyneth est devenue imbuvable depuis son déménagement dans la capitale britannique. Prétention et une attitude hautaine vis-à-vis des communs des mortels sont donc au rendez-vous. Le récent Met Gala à New York n’a pas été à son goût : "Je n’y retournerai plus jamais, elle a déclaré. Je me suis ennuyée. " Et quand elle parle de ses prouesses en tant que mère de famille, ce n’est pas une mère-poule que les gens voient, mais une femme qui leur dit : "Même là, je suis meilleure que vous", même si ce n’est pas son intention. Rien d’étonnant donc que les "haters" s’acharnent sur elle.

C’est quoi un "hater" ? Une personne qui aime détester une personnalité publique. Ces "détesteurs" trouvent un exutoire sur le web en se défoulant sans rétention sur une personnalité célèbre. Pourquoi ? Parce que c’est facile ; de plus, c’est anonyme et ça fait du bien. Parce qu’une célébrité est et elle a tout ce que l’on n’a pas. Parce qu’on veut lui trouver des défauts et on a besoin d’un bouc-émissaire pour se faire valoriser. Et curieusement ce n’est pas du "bullying" lorsqu’on s’acharne sur une star, comme si elles n’étaient pas réelles, pas faites de sang mais de papier glacé. Et peut-être c’est vrai. Gwyneth Paltrow sait bien s’en servir pour faire la victime et tente tant bien que mal à expliquer qu’elle essaye juste de rendre le monde un endroit meilleur.

La France a elle aussi vu des détestables défiler : Ophélie Winter, toutes les starlettes de télé-réalité, Loana, Gérard Depardieu… C’est trop facile de les détester. Mais en général, elles font preuve d’un peu plus de retenue et de modestie que Gwyneth Paltrow. En tant qu’Américaine, je trouve que les stars françaises gèrent mieux leur prétention ! Pas de déclaration avec des sous-entendus du style “je suis parfait“ comme chez Gwyneth. Même pas chez Marion CotillardEt les haters français sont également plus soft par rapport à leurs camarades américains ou anglo-saxons.

Il se crée un lien social entre "haters". Il ne se connaissent pas mais ils sont réunis par une même cause : casser de la star. Les forums en ligne, ou l’on traque et on analyse le moindre faits et gestes – détestables – des stars, sont remplis de wannabe. Perez Hilton, le "hater" originel qui, grâce a son blog, a lancé la mode d’emploi de la haine et a fait fortune. Il est devenu aujourd’hui lui-même une star internationale. Comme quoi, la méchanceté gratuit ça paye mieux que la gentillesse… 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !