Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Seinfeld et ses milliards, comment la mère de toutes les séries est une gigantesque cash machine pour les créateurs
©

Série à succès

Seinfeld et ses milliards, comment la mère de toutes les séries est une gigantesque cash machine pour les créateurs

Si la série américaine a participé au développement de la télévision moderne, elle a aussi créé un empire financier tel qu'il influence le PIB des Etats-Unis.

"Une série à propos de rien". C'est comme ça que Seinfeld a toujours été décrite par l'acteur principal de la série, Jerry Seinfeld. Si vous n'avez pas encore entendu parler d'elle, Seinfeld est l'une des sagas américaines les plus influentes des années 1990 et elle fête ses 25 ans ce vendredi.

L'histoire, assez simple, met en scène le quotidien de quatre amis new-yorkais : Jerry, George, Kramer et Elaine. La vie de ces personnages, a priori banale et sans grand intérêt, est transformée en situations absurdes et loufoques. Une originalité qui a grandement contribué au succès de la série, devenue rapidement culte et visionnée par près de 76 millions de téléspectateurs. Méconnue en France, la série a été diffusée à partir de 1993 sur la chaine Jimmy, et en intégralité sur Canal + à partir de 1999.

A voir aussi : Seinfeld : les 10 meilleurs moments de la série en vidéo

Depuis son entrée dans la syndication en 1995, la série américaine composée de 9 saisons a construit un empire financier abracadabrantesque. Pour donner une petite idée, Seinfeld a généré plus de 3,1 milliards de dollars. Depuis le plus récent cycle de syndication, les producteurs et acteurs de la série, Jerry Seinfeld et Larry David auraient pu se faire jusqu'à 400 millions de dollars.

Diffusée sur NBC, la série avait même l'intention de réaliser une dixième saison, en proposant à Jerry Seinfeld 5 millions de dollars par épisode ou 110 millions de dollars par an. Une offre que l'acteur a refusé. Cette décision lui a d'ailleurs valu le record du "plus grand montant d'argent refusé", selon le Livre Guinness des Records du Monde.

Jerry Seinfeld Atlantico

Seinfeld est aussi devenue célèbre grâce à son business créé autour de sa publicité courante sur des produits spécifiques, en particulier les bonbons et les sucreries. Par exemple, les marques Junior Mints, Twix et Pez pouvaient faire l'objet de longues conversations entre les personnages de la série,  ou encore être associées à des personnages invités (ex : "Oh Henry! Barres"). Cette publicité énorme pour les marques a contribué à la fortune de la série. Six mois après que "Junior Mint" ait été diffusée dans Seinfeld, la ligne de produit a été achetée, ainsi que plusieurs autres marques de bonbons, par l'entreprise Tootsie Roll Industries pour 81,3 millions de dollars.

D'autres marques telles que Snapple, une marque de jus de fruit, sont régulièrement apparues dans la saga. En 1994, Quaker Oats l'a acheté pour 1,7 milliards de dollars puis la marque a été revendue en 1997 pour seulement 300 millions de dollars.

La fête du Festivus aux Etats-Unis, devenue culte dans un des épisodes de Seinfeld, a aussi participé à l'économie de la série. La Wagner Companies, une société de chemins de fer du Milwaukee, a obtenu les droits exclusifs pour la fabrication des poteaux utilisés communément lors de cette célébration. Depuis 2005, la société en vend une constante de 800 par an, au prix de 39 dollars chacun.

Jerry Seinfeld Atlantico

Le Restaurant Tom, qui apparaît régulièrement dans la série, n'a jamais demandé de droit d'image. Mais les propriétaires de la salle à manger de la Broadway Avenue reconnaissent que 5 à 10 % de leurs clients viennent se restaurer là à cause de l'émission.

Quant à Kenny Kramer, qui joue le personnage de Cosmo Kramer dans la série, est devenu guide touristique depuis 1996. Son bus peut accueillir 61 personnes et il fait payer plus de 37 dollars par personne. "Je ne suis pas ambitieux, mais le chiffre d'affaires est suffisant pour avoir un flux de trésorerie positif.", a-t-il commenté à ce sujet. 

En 1988, la comédienne Megan Mullally, gagnait 5000 dollars pour son concert Murder She Wrote. Après son rôle dans Seinfeld, en 1993, sa visibilité a grandement augmenté. Cinq ans plus tard, elle générait un salaire de 80 000 dollars par épisode dans la série Will & Grace.

Enfin, Seinfeld bat des records dans l'influence qu'elle a eue sur l'économie américaine. Le Bureau de l'analyse économique a fait le calcul du produit intérieur brut du pays en 2013, en créant une nouvelle catégorie afin de compter les séries à succès comme Seinfeld en tant qu'investissements plutôt que des dépenses. Surprise : la saga a contribué à près de 70 milliards de dollars dans le PIB des États-Unis.

Jerry Seinfeld Atlantico

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !