Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Crédits Photo: Reuters

Indignez-vous

Scènes d'horreur à Argenteuil : une jeune mariée a été contrainte d'enlever son voile !

Nous croyons être en 2019. Faux, nous sommes dans l'an 440 du calendrier de l'Hégire.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

La gorge se noue, le cœur se serre, l'âme se révolte quand on apprend les faits insupportables qui se sont déroulés à Argenteuil (que ce nom soit maudit à jamais !). Les mots se bousculent, s'enchevêtrent : abomination, monstruosité, horreur… Lequel choisir pour évoquer le martyre subi par une jeune fille pure et innocente ? Il faudrait la plume d'un Dante pour décrire l'enfer qu'elle a vécu.

Cela s'est passé dans la salle des mariages de cette localité (maudit soit encore son nom !) de la région parisienne. L'élue qui officiait a exigé sur un ton sans appel de la pauvre jeune fille qu'elle enlève son voile si elle voulait que la cérémonie continue. La malheureuse a obtempéré et a éclaté en sanglots. Et c'est en larmes qu'elle a épousé l'élu de son choix. Voyant son intimité la plus secrète ainsi violée, et pour ménager sa pudeur, tous les hommes présents ont quitté la salle. A l'exception du futur mari : lui avait le droit de la voir.

On s'interroge sur les motivations de la tortionnaire de la mairie. Voulait-elle que la jeune épousée se dévoile pour s'assurer qu'il ne s'agissait pas d'un homme ? Quoique de nos jours, ça n'a plus beaucoup d'importance… Voulait-elle, jalouse de la beauté des musulmanes, vérifier que peut-être il y en a qui sont plus moches qu'elles ?

Une présomption forte voudrait plutôt qu'elle soit islamophobe. C'est en tout cas ce qu'ont pensé des associations indigénistes, décoloniales et d'autres vouées à un dieu qui est le même que celui des juifs et des chrétiens mais qui porte un autre nom (qu'il soit béni pour l'éternité !). Confrontées à ce forfait inexpiable, elles ont hurlé et protesté.

Et elles ont eu gain de cause. Le maire, George Mothron (LR), a sanctionné l'élue antivoile : elle n'est plus autorisée à célébrer les mariages. L'explication de sa décision a un nom : la mosquée Al-Ihsan d'Argenteuil ! Une des plus grandes de France : sept cent places pour les femmes, six cent pour les hommes. Or les fidèles votent. Et George Mothron veut être réélu maire aux prochaines municipales.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !