Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Ruffin party : une fête à Macron qui n’était qu’à moitié celle de Mélenchon
©GERARD JULIEN / AFP

Peuple de gauche ?

Ruffin party : une fête à Macron qui n’était qu’à moitié celle de Mélenchon

Samedi 5 mai se tenait la "Fête à Macron", événement "festif" organisé par François Ruffin, député de la France Insoumise.

Sylvain Boulouque

Sylvain Boulouque

Sylvain Boulouque est historien, spécialiste du communisme, de l'anarchisme, du syndicalisme et de l'extrême gauche. Il est l'auteur de Mensonges en gilet jaune : Quand les réseaux sociaux et les bobards d'État font l'histoire (Serge Safran éditeur) ou bien encore de La gauche radicale : liens, lieux et luttes (2012-2017), à la Fondapol (Fondation pour l'innovation politique). 

Voir la bio »

Atlantico : 40.000 personnes selon la police, 160 000 selon les organisateurs, quelques heurts place de la Bastille, beaucoup de moments de "convivialité" relayés sur les réseaux sociaux, des participants allant de Benoît Hamon à Frédéric Lordon : la "fête à Macron" voulue par François Ruffin a-t-elle atteint ses objectifs ? 

Sylvain Boulouque : Si on prend la formulation de Jacques Duclos qui aimait distinguer dans une manifestation les chiffres arithmétiques et les chiffres politiques, le chiffre politique, de 160.000, apparait comme un certain succès. Succès également puisque plusieurs formations de gauche, qu'elle soit sociale ou politique, qui a participé également à la manifestation. En même temps, il ne faut pas grossir trop, puisqu'il y a quand même toute une partie de la gauche qui n'était pas présente lors de cette manifestation, à commencer par les têtes de cortège qui avaient défilé mardi, celle de l'extrême-gauche et de la gauche plus radicale. Et il manquait, hamoniens exceptés toute la gauche socialiste qui n'était même pas invitée à la manifestation. C'était malgré tout et avant tout la gauche mélenchoniste qui était dans la rue ce samedi.

On a pu ensuite en effet observer un caractère assez festif à cette manifestation, mais cette manifestation reste limitée. C'est un succès relatif compte tenu ce que je viens de vous dire.

Comment expliquer la présence importante - dans cette manifestation organisée par la France Insoumise - de personnalités de Nuit Debout, à commencer par Frédéric Lordon, intellectuel très marqué à gauche qui souhaite rééduquer le peuple ? Que signifie ces présences singulières ? 

Il y a une ambiguïté qui existe ici. Au départ Frédéric Lordon avait répondu à un appel de François Ruffin. En revanche, Lordon et Nuit Debout sont beaucoup moins proches de Jean-Luc Mélenchon. Il y a une tentative médiatique et politique de la part de Jean-Luc Mélenchon de faire main-basse sur l'opération qui n'avait pas été lancé directement par la France Insoumise mais par François Ruffin qui est un électron libre assez en marge dans la France Insoumise. Et qui en tout cas ne représente pas le noyau militant du parti. 

Jean-Luc Mélenchon en profitait dans le même temps pour tenter de récupérer une partie importante des membres de Nuit Debout. 

Cette manifestation marque-t-elle une victoire de la stratégie "populiste" de Ruffin –"Ils ont l'argent on a les gens" clame-t-il - alors que les tensions sont aujourd'hui vives entre tendance populiste et tendance "gauchiste" au sein de la FI ?

Ce que proposent Ruffin et Lordon, chacun à leur manière n'est pas proprement gauchiste, dans le sens où cela signifierait une déviance par rapport à une ligne communiste classique. Quand ils disent vouloir aller au peuple, c'est affirmer que le peuple représente les sans-grades, les lâchés de notre société, population qu'ils veulent voir intervenir. Le but est bien entendu de retrouver une adéquation entre le vote populaire et la gauche. Cette fusion est assez acceptée par Mélenchon et une partie de la France Insoumise, mais dans le même temps un certain nombre d'entre eux il y a aussi tout le jeu parlementaire et institutionnel qui est à prendre en compte. Ils sont donc aussi dans une recherche de "respectabilité". Il ne me semble pas que Ruffin se soit prononcé sur les gens qui dégradaient et pillaient des commerces et autres Black Blocs. Il a soigneusement botté en touche. Il y a des nuances très importantes là où la majorité des responsables de la France Insoumise ont très violemment condamné les événements récents. 

 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !