Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Voyage transatlantique

Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis

Tout a été fait pour ça. On la regrettera. Elle mettait de l'animation dans nos vies monotones.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Le Washington Post fut naguère un des fleurons les plus prestigieux de la presse américaine. Il fut. Aujourd'hui c'est un journal de combat. Contre Trump. Pour le voile islamique. Et pour le multiculturalisme. Rien d'étonnant donc à ce qu'il ait décidé d'ouvrir ses colonnes à l'impétueuse Rokhaya Diallo. Dans un long article, elle rappelle aux lecteurs du Washington Postque la France est un pays islamophobe. Un pays où l'on empêche les filles musulmanes de sortir de leurs maisons habillées comme elles le souhaitent. On peut en déduire que la France islamophobe les relègue dans leurs maisons, devenues des prisons.

Le texte de Rokhaya Diallo parle évidemment du carnage de Christchurch. L'argumentaire de cette colérique chroniqueuse est un peu éculé car il a déjà beaucoup servi. Après d'autres, elle désigne ceux qui, selon elle, ont armé le bras de l'assassin. Et sans surprise apparaissent les noms d'Alain Finkielkraut, Renaud Camus et de Richard Millet.

L'article de Rokhaya Diallo vaut demande de visa. Elle l'aura car il y a encore des démocrates dans les services d'immigration US. Elle obtiendra également la Green Card qui lui permettra de bosser pour NBC. Elle va nous manquer ? Mais non : on peut capter les chaines américaines en France. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !