Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie

Revue d'analyses (financières)

Tous aux abris ! Même Nouriel Roubini, le grand prophète des crises, est devenu optimiste...

Dans l’œil des marchés : Dominique Trenet, stratégiste dans une société de gestion indépendante, dresse, chaque mardi, un panorama de ce qu'écrivent les analystes financiers et politiques les plus en vue du marché.

Dominique Trenet

Dominique Trenet

Dominique Trenet est stratégiste dans une société de gestion indépendante

Chaque semaine, il réalise pour Atlantico une synthèse des opinions les plus significatives sur l’évolution de la crise que nous sommes en train de vivre.

Voir la bio »

Nouriel Roubini, le très médiatique stratégiste américain surnommé « Mr Doom », tant il est pessimiste en permanence, a perturbé les marchés cette semaine. Il a expliqué au Wall Street Journal qu’il devenait optimiste sur les marchés. Plusieurs investisseurs ont alors immédiatement fait circuler un graphique montrant le succès boursier très relatif de ses dernières recommandations. En mars 2009, l’indice S&P est à 720, il dit que tous ceux qui croient à un retournement du marché se trompent. En avril 2010 l’indice atteint 1200 ! En juillet 2010 l’indice est à 1010, il écrit que les marchés sont particulièrement vulnérables. En mai 2011 l’indice se retrouve à 1300 ! En novembre 2011, après une nouvelle baisse, l’indice se retrouve à 1080, moment qu’il choisit pour dire que nous sommes dans une situation pire qu’en 2008. Quelques semaines après l’indice se retrouve à 1300 ! Comme on peut le voir le métier de stratégiste est un métier bien difficile, surtout quand il s’agit de prévoir l’avenir…!

La déclaration de François Hollande au Bourget sur son véritable adversaire déclaré « Le monde de la Finance », s’inscrit dans une longue tradition française de propos excessifs, depuis le « La bourse je la ferme et les boursiers je les enferme » de Vincent Auriol en 1938 en passant par le « La bourse, je n’en ai rien à cirer » d’Edith Cresson en 1991, Bertrand Jacquillat de Associés en Finance, recommande aux hommes politiques de relire Schumpeter, pour qui « les services que rendent les intermédiaires financiers sont essentiels pour provoquer, faciliter, accompagner les innovations technologiques et le développement économique ».

Le LTRO de Mario Draghi, Président de la BCE, ne résout pas tout. Il a fait savoir lors de sa dernière conférence de presse qu’il serait heureux de voir un niveau élevé de soumissions lors de la prochaine opération de financement qui aura lieu de 29 février prochain… A suivre.

 

Matières premières : le cuivre avait bien prévu la hausse des marchés !

 Le cuivre a progressé de 13% depuis le début de l’année, ce qui montre une fois de plus que le titre de « meilleur économiste du monde » souvent donné au métal rouge n’est pas usurpé. Cependant Leon Westgate analyste chez Standard and Chartered fait remarquer que la hausse du cours n’est pas provoquée actuellement par des achats de métal physique, mais tout simplement des achats de fonds d’investissement qui ne prendront pas livraison du cuivre acheté.

Cacao : la progression des cours se fait en dent de scie. Le cours de la fève monte car la demande pour le cacao se renforce dans les pays émergents alors que les pays producteurs n’ont pas fait du cacao une priorité et qu’il faut sept ans pour qu’un nouvel arbre commence à produire.

 

Marchés actions : surperformance probable du marché américain

Le marché américain devrait réaliser une performance en dollar supérieure à celle des autres places nous explique cette semaine Sean Darby , le « Chief Global Equity Strategist » de Jefferies. Son optimisme repose sur la renaissance de l’industrie américaine notamment dans cinq secteurs : agriculture, charbon, pétrole, aérospatial et automobile. Le Dow Jones devrait atteindre le niveau de 15000 dans les deux ans qui viennent. Tel est le titre de couverture du magazine Barron’s de cette semaine aux Etats Unis. Gene Epstein, le signataire de l’article estime même qu’il y a 50% de chances pour que le Dow Jones atteigne 17000.

Le marché européen enregistre une baisse de la production manufacturière en décembre en Allemagne et en France parallèlement à une hausse au Royaume Uni et en Italie.

Le marché japonais a profité de l’affaiblissement du Yen et de bons résultats de sociétés notamment pour Nissan et Toyota.

Le marché russe a progressé de 20% depuis le début de l’année. Pour les gérants qui suivent les marchés émergents le risque politique de la Russie de Vladimir Poutine n’est pas vraiment supérieur à celui de l’Europe avec la Grèce. Pour Steven Dashevsky de Dashevsky and Partners à Moscou, le mouvement ne provient pas de l’amélioration des perspectives économiques mais tout simplement d’un changement dans l’appétit pour le risque des investisseurs ;

Le marché brésilien a vu réapparaitre en janvier les introductions en bourse. (Brasil Travel, Seabras filiale de la société norvégienne Seadrill). Il y aurait actuellement selon BM&FBovespa la société qui gère le marché brésilien, quarante sociétés en liste d’attente. Pour que la progression se poursuive, il faudrait, selon Bret Rosen « Senior Credit Strategist » chez Standard and Chartered que le rythme actuel d’inflation de 6,4% rebaisse, ce qui est loin d’être gagné.

 

 

Secteurs : agriculture et biotechnologies

Agriculture : Vilmorin quatrième semencier mondial est un bon exemple des handicaps rencontrés par les sociétés françaises pour se développer. Les semences OGM représentent aujourd’hui 40% de marché mondial qui a connu une croissance annuelle 2006/2011 de 19%. Or Vilmorin n’a pas la possibilité de procéder à des recherches sur les OGM en France ! Pourtant, la Cour de Justice de L’Union Européenne a condamné en septembre 2011 le moratoire français décrété sur les OGM. Le Conseil d’Etat a ensuite annulé en novembre 2011, la clause de sauvegarde de 2008 au nom de ce qu’il n’y avait ni caractère d’urgence ni de danger avéré suffisamment prouvé pour la santé humaine. Malgré ces décisions, la Ministre de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, a l’intention de prendre une nouvelle clause de sauvegarde. Pendant ce temps Monsanto continue à vendre le maïs OGM Monsanto 810 dans le monde entier…

La biotechnologie est en train de devenir le relais de croissance de l’industrie pharmaceutique. C’est un domaine dans lequel il y a une suprématie incontestée des laboratoires américains, mais Sanofi a racheté l’année dernière Genzyme qui réalise un chiffre d’affaires de 768M$. L’année 2011 s’est plutôt bien déroulée pour les 170 entreprises biotech pharma établies en France. Plusieurs introductions en bourse ont été réalisées (Mauna Kea, Neovacs, AB Science). Des sociétés plus mûres ont été rachetées par des investisseurs étrangers notamment : Ipsogen par le néerlandais Qiagen et Novagali par le japonais Santen. Enfin Adocia va faire son entrée en bourse cette semaine. La société a été créée par Gérard Soula qui avait été à l’origine du grand succès de Flamel Technologies une des trop rares sociétés d’origine française à avoir été introduite avec succès aux Etats Unis sur le Nasdaq américain.

Le transport maritime pourrait entrainer quelques soucis pour les banques européennes. Selon Basil Karatzas de Karatzas Marine Adisors, une maison de courtage maritime américaine, des banques européennes détiendrait pour 500 Md$ de prêts sur le secteur et risquerait de perdre sur cet encours environ 100Md$...Le marché souffre d’un excédent important de bateaux comme le montre la transaction réalisée le mois dernier à Hong Kong sur le pétrolier « Samho Dream » acheté 137M$ au début de 2008, saisi par les banquiers fin 2011 et revendu pour seulement 28,3M$.

Les semi conducteurs sont un secteur en plein retournement. Aux Etats Unis, les sociétés du secteur qui se restructurent depuis dix ans commencent à entrevoir un avenir meilleur. Au Japon on assiste à une ultime contraction dans le secteur avec Renesas, Fujitsu et Panasonic qui vont fusionner leurs activités de conception et sous traiter la production. Plus généralement, c’est l’ensemble de la technologie japonaise qui devrait s’engager dans des opérations similaires. De nombreux acteurs comme Sony, Sharp ou Panasonic ont du mal à se développer avec un Yen fort face à leurs concurrents sud-coréens ou taiwanais.

 

Marchés obligataires : forte reprise des obligations irlandaises

Il faut détester les obligations. Tel est le conseil donné à ses clients par Jeremy Grantham, le légendaire gérant de GMO aux Etats Unis. Il se définit lui-même comme un investisseur contrariant dont la caractéristique est selon lui de « savoir entrer dans les immeubles en feu ». Il est fortement acheteur actuellement d’actions de sociétés de qualité et réduit progressivement son exposition aux marchés émergents.

Les obligations d’Etat irlandaises sont détenues selon les chiffres de Reuters eMaxx à hauteur de 7,2Md€ soit 6% de l’encours par les fonds du Groupe Franklin Templeton. C’est Michael Hasenstab , patron de la gestion obligataire de Franklin Templeton qui a cru dès l’été dernier au redressement de l’Irlande. C’était un bon choix puisque le cours de ces obligations a monté de 40%. Depuis qu’il a réalisé cette performance ses achats sont scrutés à la loupe par les marchés. Il aurait acheté pour plus de 8Md€ d’obligations d’Etat hongroises….

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !