Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Atlantico quizz !

Résultats du grand jeu de mathématiques électorales Atlantico / Delanopolis : la dissolution de l'Assemblée nationale probable pour début 2016

Bravo à tous les participants à notre grand jeu sur la détermination scientifique de la date de la prochaine dissolution ! Les deux meilleures copies mathématiquement formalisées ont été classées premières ex-aequo et une autre, ironique et littéraire, a reçu une mention spéciale.

Gilles Saint-Paul

Gilles Saint-Paul

Gilles Saint-Paul est économiste et professeur à l'université Toulouse I.

Il est l'auteur du rapport du Conseil d'analyse économique (CAE) intitulé Immigration, qualifications et marché du travail sur l'impact économique de l'immigration en 2009.

Voir la bio »Serge Federbusch

Serge Federbusch

Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.

Voir la bio »

Lire aussi :

Grand jeu de mathématiques électorales Atlantico/Delanopolis :

saurez-vous déterminer quand les députés PS auront intérêt à voter la censure ?

A - Solution au problème

Notons X le revenu mensuel net d'un député socialiste ...

Lire la suite en cliquant ICI


B - Interprétations politiques

1 - On comprend tout d'abord pourquoi il n'y a encore qu'une quarantaine de députés frondeurs même si cela démange beaucoup d'autres. Pour voter dès aujourd'hui la censure, il faudrait que la probabilité de réélection, supposée de seulement 10 % en 2017, soit de près de 40 % immédiatement.

2 - Cela étant, l'intérêt pour un député socialiste de "tomber à gauche" et de tenter de convaincre ses électeurs qu'il s'est opposé à Hollande va rapidement augmenter à mesure qu'on va se rapprocher de 2017. Concrètement, s'il estime que sa probabilité de réélection en cas de censure est de 30 %, il aura intérêt à provoquer un "clash" en septembre 2015.

3 - On peut raisonnablement considérer que, dès que la probabilité sera de 20 %, c'est à dire double de celle d'attendre passivement le naufrage avec Hollande, notre député PS considèrera que la censure est de son intérêt. Cela se passera au plus tard en juillet 2016.

4 - A ces considérations de pure rationalité financière, il faut ajouter un déterminant électoral. Si le Conseil constitutionnel autorise la magouille, Hollande va repousser la date des élections régionales à la fin 2015. Elles se traduiront très vraisemblablement par une déroute qui galvanisera les tendances frondeuses des députés PS menacés aussi dans leurs rentes d'élus locaux.

5 - Il faut également tenir compte du fait, qu'à partir de novembre 2015, il ne sera plus possible de faire croire à quiconque que les déficits français se réduiront même à moyen terme. Le conflit avec Bruxelles, Francfort et Berlin sera ouvert et la méfiance des marchés financiers vis-à-vis de la France montera en flèche. Pour peu naturellement que tous ces événements ne se soient pas déjà déroulés dès les mois qui viennent à l'occasion de l'adoption du budget 2015 ...

6 - Tous facteurs confondus on peut donc prévoir une censure suivie d'une dissolution dans les semaines qui suivront les élections régionales, début 2016.

7 - Hollande y verra du reste son propre intérêt puisque cela ne permettra pas à l'UMP d'organiser ses primaires et que le conflit entre ses leaders explosera alors brutalement.

8 - La probabilité que de nombreuses triangulaires amènent un nombre élevé de députés frontistes et que le gouvernement soit impossible à former parce que l'UMP sera divisée par une guerre des chefs rend en définitive probable une crise de régime sur fond de faillite financière dans environ quinze mois.

Lire la suite sur Delanopolis

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !