Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
©(DR)

Riposte

Recrudescence des mites mangeuses de vêtements à cause des fibres naturelles et du lavage à basse température

Selon des scientifiques britanniques, une recrudescence des mites textiles serait constatée en Grande-Bretagne. Le phénomène est-il similaire en France ?

François Lasserre

François Lasserre

François Lasserre est auteur d'un ouvrage de vulgarisation sur les insectes, J'observe les insectesédité chez La Salamandre, et vice-président de l'Office pour les insectes et leur environnement. Il est également co-président de Graine Ile-de-France, un reseau de structures qui font de l'éducation à l'environnement.

Voir la bio »

Atlantico.fr : Des scientifiques britanniques et des marques de produits antimites alertent sur la prolifération des mites textiles en Grande-Bretagne. Qu'observent-ils et est-ce le cas en France ?

François Lasserre : Ce qui est expliqué dans l'article, si cela s'avère vrai, c'est la chose suivante : il y aurait en Grande-Bretagne une recrudescence des mites textiles qui s'attaquent aux vêtements des britanniques. Trois millions de foyers britanniques seraient touchés par le phénomène, selon des scientifiques et des marques de produits antimites. Quelles sont les causes ? Si ce qui est dit est vrai, c'est une combinaison de l'augmentation de pulls en fibres naturelles, de réchauffement climatique et de l'augmentation des cycles de lavages écologiques, qui seraient à l'origine de ce qui est décrit. Ce n'est  pas impossible que cela joue et qu'on observe les mêmes phénomènes en France.

Une autre cause peut être évoquée. On a eu moins de bestioles des maisons pendant un certain temps donc il y a une partie de la population qui est moins habituée à faire attention, à faire de la prévention. Si on ne fait pas certaines choses comme nettoyer les pulls en poils d'animaux : laine, cachemire, qu'on ne les range pas dans des housses, le risque est plus fort. On a également moins l'habitude des insectes en ville, donc le sentiment d'être "envahi" comme le dit l'article, peut-être assez important. 

Les cycles de lavage et le réchauffement climatique de manière générale sont-elles de bonnes raisons, comme les scientifiques britanniques le sous-entendent ?

Le mot prolifération doit être utilisé avec des pincettes : on va plutôt parler de recrudescence. 

Sur les fibres naturelles, on les a toujours utilisé dans les pulls, mais ça pourrait partir avec les nouvelles générations : la laine n'est pas vegan... On pourrait se dire que les animaux qui mangent les poils d'animaux comme les mites vont disparaître à cause de la réduction des vêtements d'origine animale. Mais pour le moment, c'est plutôt l'inverse qui arriverait selon cet article : c'est possible, puisqu'il y a de plus en plus d'accès à ce genre de pulls dans la grande distribution et chez des marques assez peu chères. En plus cela les mites peuvent manger du coton quand il y a un peu du sueur dessus. C'est pourquoi on peut avoir des trous de mite sur des tee shirts en coton. 

C qu'il faut tout de même rappeler, c'est le rôle primordial de ces insectes. Ces insectes ont évolué et permettent dans la nature de recycler les poils d'animaux qui traînent au sol. Quand un sanglier meurt, plein d'insectes vont manger le cadavre frais, d’autres le cadavre faisandé, d'autres l'animal "momifié". Il y a des insectes de la peau de la momie, d'autres pour les poils. La kératine est dure à digérer et seules les mites font ce travail. Parfois il y a des cadavres d'animaux dans nos placards : les pulls. Donc les désagréments que causent ces insectes doit être mis en balance avec l'avantage énorme de leur alimentation : ils "recyclent" les animaux morts dans la nature. 

Il y a une recrudescence d'autres insectes comme la punaise de lit. Est-ce lié aux mêmes causes ? Y a-t-il une recrudescence des insectes de maison ?

Il y a quelques insectes qui profitent de l'ère du temps, des voyages… La punaise de lit voyage beaucoup. Mais il y en a bien plus qui ont disparu de nos villes plus que ceux qui sont encore là. On a quasiment atteint ce qu'on souhaitait : ne plus avoir de bestioles qui nous embêtent. On est arrivé à éradiquer une bonne partie du vivant. Quand ce sont des insectes qui nous embêtent, cela nous fait plaisir, mais quand ce sont des oiseaux ou des petits mammifères c'est différent... Pourtant ils subissent le même sort.

Cela dit , je comprends qu'on ne veuille pas avoir de mite dans son placard. La solution pour ne pas en avoir, comme le préconise l'article, c'est de les stocker dans des housses et de les laver à une température un peu plus élevé si possible, ou bien encore de les mettre au congélateur. La larve de la mite textile ne survit pas aux températures extrêmes.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !