Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©Reuters

Socialisme procédurier

Quand trois adhérents du PS et leur demi-douzaine d’avocats attaquent Jean-Christophe Cambadélis pour le forcer à organiser des primaires à gauche

Pour ces adhérents du parti socialiste, les statuts du PS prévoient que "le candidat à la présidence de la République est désigné au travers de Primaires citoyennes ouvertes". Ainsi, ils considèrent le premier secrétaire n'a donc pas le choix.

Yassir Hammoud

Yassir Hammoud

Yassir Hammoud est militant socialiste dans le 18ème arrondissement où il a été secrétaire de la section Chapelle Goutte d'Or. Il a soutenu la candidature de François Hollande dès le 1er tour des primaires citoyennes de 2011.

Voir la bio »

Atlantico : Avec deux autres adhérents du Parti socialiste, vous avez décidé de poursuivre son premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis, afin d'obtenir de sa part l'organisation de primaires. Quand et pour quelles raisons avez-vous décidé d'entamer une telle procédure ? 

Nous souhaitons tout simplement que M. Cambadélis applique les statuts du parti, dont il est le garant, au lieu de les piétiner. Ceux-ci prévoient que "le candidat à la présidence de la République est désigné au travers de Primaires citoyennes ouvertes", et que le calendrier doit en être fixé "au moins un an avant l'élection présidentielle". Il n'y a donc pas le choix. 

L'autre raison de cette démarche, engagée début 2016, c'est la situation politique de la France et de la gauche. Avec un président et un gouvernement battant des records d'impopularité et des divisions majeures au sein de la majorité, il nous apparaît indispensable de redonner la parole au peuple de gauche. Les primaires citoyennes sont une formidable expérience démocratique. Alors que la ligne politique Hollande-Valls-Macron n'emporte pas l'adhésion, cela permettrait d'organiser un véritable débat d'idées. Et de donner une légitimité populaire à notre candidat, qu'il s'agisse de François Hollande ou de quelqu'un d'autre.

Où en est exactement la procédure et qui sont les avocats qui vous représentent ? Sur quelles bases juridiques précises comptent-ils obtenir gain de cause ? 

A ce jour, aucune procédure juridique n'a été engagée. Nous avons écrit à M. Cambadélis, en février dernier, pour lui demander de nous préciser le calendrier d'organisation des primaires. Il n'a pas daigné nous répondre. En mars, nous avons ensuite saisi la Haute autorité éthique (HAE) du PS pour qu'elle demande premier secrétaire d'organiser les primaires. Les membres de la HAE ont estimé qu'il était trop tôt pour se prononcer, compte tenu de l'organisation d'un conseil national du parti début avril. Celui-ci a, certes, approuvé à l’unanimité le principe d’une primaire de la gauche et des écologistes début décembre, mais en renvoyant au mois de juin leur décision finale. Nous avons donc sollicité des avocats reconnus (William Bourdon, Emmanuel Pierrat, Jean-Baptiste Soufron...) pour nous accompagner dans cette démarche. 

N'avez-vous pas trouvé d'autre moyen de vous faire entendre par Jean-Christophe Cambadélis ? Et dans ce cas, pourquoi n'en avez-vous pas tiré la conclusion qui ne tient pas compte de la volonté de ses adhérents ne mérite plus qu'on y adhère ? Ne pourriez-vous pas fonder votre propre mouvement ?

Si M. Cambadélis avait un minimum de respect pour les militants de son parti, il nous aurait répondu. Il change d'avis sur les primaires tous les deux jours et il fallait bien trouver un moyen de lui faire entendre raison. C'est aussi notre parti et nous n'envisageons pas de le quitter sous prétexte que les règles collectives ne sont pas respectées, M. Cambadélis étant un récidiviste en la matière.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !