Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
©JOEL SAGET / AFP

La parole est à la défense

Pourquoi il ne faut pas toucher aux statues de Colbert

La reconstruction d'une marine de guerre puissante, décidée et organisée par Colbert, permit donc de sauver de la mise en esclavage plusieurs centaines de milliers d'Européens.

Philippe Pichot

Philippe Pichot

Philippe Pichot est coordinateur du projet « Mémoire des abolitions de l’esclavage - Pôle mémoriel national de l’Est de la France ». Il a été membre du Comité National Pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage -2009 à 2019. Il est expert auprès de l'Unesco sur les lieux de mémoire.

Voir la bio »

Depuis 3 ans, des militants identitaires s'en prennent à la statue de Colbert l'accusant d'avoir été l'auteur du Code Noir et l'initiateur de la traite négrière et donc de s'être rendu coupable de crime contre l'humanité. Ils ont aussitôt appelé au retrait des statues, des noms de rues ou de lycées honorant Colbert.

Les historiens sérieux ont aussitôt rectifié les faits en rappelant que la traite négrière fut d'abord initiée par des acteurs privés et non par l'Etat et que le Code Noir fut élaboré à partir de divers règlements déjà existants dans les colonies et ne fut promulgué que 2 ans après la mort de Colbert. Si celui-ci eut bien une responsabilité dans le processus, il n'en fut pas l'acteur unique et décisif.

Cependant, dans ce réquisitoire partiel et partial visant à en faire de Colbert un grand criminel, une de ses grandes oeuvres a été passé sous silence et mérite d'être réhabilitée: Colbert fut l'organisateur de la Marine Royale française, inexistante à la fin du règne de Louis XIII.

Entre 1661 et 1671, il fit construire cent-six navires ce qui permet à la flotte de quadrupler ses effectifs. En 1671, permettant à la France de devenir la première puissance navale européenne.

La première mission de cette nouvelle flotte fût édictée par Colbert lui même: éradiquer la Méditerranée des pirates Barbaresques qui y régnaient en maître et qui razziaient chaque année des milliers d'européens pour les mettre en esclavage dans les régences de Tripoli, de Tunis, d'Alger ou de Salé.

En l'espace de quelques années la Méditerranée fut nettoyée des raids barbaresques et la population des esclaves européens détenue dans les geôles d'Afrique du Nord, tomba d'un niveau de 20 à 40.000 esclaves annuels entre 1580 et 1680 à un niveau de 2 à 10.000 dans les années qui virent l'apogée de la présence de la marine française. Soit de 5 à 10 fois moins ! De 850.000 pour le seul XVIIe siècle le nombre d'esclaves blancs tomba à 150.000 au siècle suivant.

La reconstruction d'une marine de guerre puissante, décidée et organisée par Colbert, permit donc de sauver de la mise en esclavage plusieurs centaines de milliers d'Européens.

Entre 1500 et 1830, les Barbaresques réduisirent en esclavage plus de 1.250.000 Européens. La fin de l'esclavage des Européens par les Barbaresques ne prit définitivement fin qu'avec la prise d'Alger par les Français le 5 juillet 1830, libérant les derniers 122 esclaves Blancs.

En 2001, la République francaise adoptait une loi reconnaissant la traite et l'esclavage comme crime contre l'humanité obligeant à un devoir de mémoire envers cette tragédie de l'Histoire de l'humanité.

Mais, comme s'il y avait une hiérarchie dans les horreurs passées, seule la traite et l'esclavage pratiqués par les seuls Européens à l'encontre des Africains furent reconnus comme tragédie et crime contre l'humanité et donc, digne de devoir être enseignés et commémorés.

Les traites arabo-musulmane et ses 17 millions de victimes africaines et celle pratiquée par les Barbaresques contre les Européens ne furent donc considérées, ni comme des tragédies, ni comme des crimes contre l'humanité et donc non dignes d'être enseignées ni commémorées.

Face à ce révisionnisme et à ce négationnisme mémoriel, l'hommage à Colbert, héros de la lutte contre la mise en esclavage des Européens par les Barbaresques mérite donc très largement d'être rendu.

La présence des statues et noms d'espaces publics dédiés à Colbert participent donc à l'hommage que lui doivent les centaines de milliers d'européens ayant échappés à l'esclavage à l'époque et à leurs millions de descendants aujourd'hui.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !