Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©Reuters

Changement de cap

Pourquoi Alain Juppé s’apprête à relancer sa campagne par un coup de barre à droite

En publiant le 6 janvier prochain un livre vantant les mérites d'un État fort Alain Juppé cherche à modifier son image et à séduire la droite des Républicains qui lui échappe encore.

Christelle Bertrand

Christelle Bertrand

Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande, François Bayrou ou encore Ségolène Royal.

Son dernier livre, Chronique d'une revanche annoncéeraconte de quelle manière Nicolas Sarkozy prépare son retour depuis 2012 (Editions Du Moment, 2014).

Voir la bio »

Ils ont longtemps hésité à sortir ce livre début janvier. Entre les vœux présidentiels et les commémorations des attentats du 7 janvier, la petite équipe qui entoure Alain Juppé a craint d'être prise en tenaille. Retarder la sortie, attendre fin janvier ? L'idée a fait son chemin quelques temps puis a été remballée. Finalement « Pour un État fort », le deuxième opus du candidat à la primaire de la droite et du centre ornera bien les vitrines des libraires à partir du 6. S'il y a eu autant d'ordres et de contre-ordres, d'hésitations et de séances de brainstorming autour d'une date c'est que la sortie de ce nouvel ouvrage est importante pour Alain Juppé. Elle doit relancer sa campagne qui a sérieusement patiné en fin d'année. Même si les sondages lui sont toujours favorables, depuis les attentats de novembre, il a du mal à reprendre la main. Sa volonté de jouer l'union nationale a été mal comprise des militants et l'a surtout empêché d'exister entre un François Hollande à la manœuvre et un Nicolas Sarkozy dans la critique. La fenêtre de tir était étroite, trop étroite, rendant le maire de Bordeaux inaudible.

 

« Pour un État Fort » doit donc porter un nouveau souffle et secrètement les juppéistes, qui viennent de déménager pour s’installer dans de plus grands locaux boulevard Raspail, espèrent dépasser les chiffres de vente de « Mes chemins pour l'école », livre sur l’Éducation sorti fin août. Ce nouvel ouvrage doit aussi permettre de façonner l'image d'un nouveau Juppé. Un Juppé plus proche des électeurs de droite et des préoccupations des Français devenus plus exigeants en matière de sécurité depuis les attentats de novembre. Les épreuves avaient été bouclées avant ceux-ci mais le maire de Bordeaux avait déjà décidé de mettre l'accent sur la lutte anti-terroriste, il n'a donc eu qu'à légèrement remanier la structure de l'ouvrage, rassemblant ses propositions en un seul chapitre. Selon le journal Le Monde, Alain Juppé propose plusieurs mesures : renforcer le renseignement territorial affaibli depuis la disparition des RG en créant un service dédié au sein de la DGSI, créer une force de renseignement dans les prisons sous la tutelle du ministère de la Justice, expulser les imams radicalisés, obliger les ministres des cultes à passer un diplôme universitaire, assurer une meilleure transparence du financement des lieux de culte… Toujours selon le journal du soir, dans ce livre, l’ancien ministre des Affaires étrangères se dit favorable à une renégociation des accords de Schengen alors qu'il avait jusqu'ici toujours repoussé l'idée se contentant de réclamer un renforcement des moyens de Frontex. Ce changement de ligne le fait s’aligner sur Nicolas Sarkozy, qui défend l’idée d’une renégociation depuis sa campagne présidentielle de 2012. Le maire de Bordeaux propose aussi de supprimer les réductions de peine automatiques et souhaite instaurer la suppression des allocations familiales pour les parents de mineurs condamnés pour trafics de stupéfiants. Enfin, il défend l'idée d’interdire à certains condamnés de revenir habiter dans leurs quartiers d’origine.

 

« Je pense que de nombreuses personnes vont être surprises et vont découvrir un Alain Juppé qu'elles ne soupçonnaient pas », pronostiquait déjà, en octobre, l'une des proches du candidat, Fabienne Keller, sénatrice du Bas-Rhin. Pas question, en effet, de se laisser distancer sur sa droite par Nicolas Sarkozy depuis longtemps persuadé que la victoire se remportera à la lisière du FN et des Républicains. Pas question de se laisser ringardiser par un Bruno Le Maire lui aussi convaincu par la nécessité d'une droitisation. Modération donc mais fermeté aussi, c'est le message que l'ancien Premier ministre entend faire passer à travers son ouvrage afin de corriger une image que certains électeurs considèrent trop angélique voire laxiste.

 

Assurer la victoire à la primaire en ratissant un peu les plates bandes de Nicolas Sarkozy est donc le premier objectif, mais Alain Juppé prépare aussi, d'ores et déjà, une autre campagne, la vraie cette fois, la campagne présidentielle qu'il ne pourra pas mener à bien sans un rassemblement de toute la droite. S'il est désigné en novembre 2016, il va devoir être soutenu par l'ensemble de sa famille politique pour espérer l'emporter ensuite contre François Hollande, or l'image d'un Alain Juppé, proche du centre et modéré en matière sécuritaire, a du mal à convaincre la droite des Républicains qui pourrait, du coup, tendre la main à Marine Le Pen ou s'abstenir. L'élection présidentielle se gagnera à droite, d'autant que François Hollande ratisse les terres du centre. Aucun candidat n'échappera à cette réalité et Alain Juppé s'y prépare comme tout autre.  

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !